Publié le 14/03/2015 à 00:00 / Jura Agricole

Patrimoine

Depuis 125 ans, le petit couteau savoyard à la main couronnée a su faire sa place dans toutes les poches, en France comme à l’étranger. Découverte de la saga savoyarde d’Opinel.

Opinel, le couteau qui a du mordant

Un manche en hêtre, une lame inoxydable, une bague de sécurité... depuis 125 ans, le couteau de poche Opinel a su séduire les randonneurs, chasseurs, bricoleurs, jardiniers et bien sûr, les agriculteurs. En effet, rares sont les viticulteurs ou les éleveurs à ne pas en avoir un toujours à portée de main.
L'aventure débute en 1890 dans un village savoyard. Tout part d'une idée simple. Joseph Opinel travaille alors dans l'atelier de son père, forgeron-taillandier à Albiez-le-Vieux au coeur de la Maurienne. Le jeune homme de dix-huit ans imagine un petit couteau de poche simple à utiliser qu'il destine aux paysans de sa région. Le bon sens, le confort de la prise en main, la commodité de la mise en poche a, peu à peu, déterminé sa forme générale.
«La principale difficulté était évidemment de réaliser la fente où viendrait se loger la lame», se souvient-on chez Opinel. Le jeune coutelier imagine dès lors une machine ingénieuse constituée
d'un simple bâti sur lequel coulissait une petite scie circulaire. L'aventure familiale est lancée. Un siècle plus tard, chez Opinel, l'ingéniosité est toujours une marque de fabrique. On continue à y concevoir les machines sur lesquelles les couteaux et autres outils voient le jour. Le petit couteau de poche de Joseph remporte rapidement un vif succès. Le coutelier décide alors de monter son propre atelier et dépose les marques Opinel et  La main couronnée, un symbole qui sera désormais présent sur chaque lame.
La réputation du couteau pliable dépasse très vite les frontières de la vallée de la Maurienne grâce notamment au colportage. Toutefois, conscient que le colportage ne pourrait être le seul moyen de diffusion, Joseph décide très vite une commercialisation qui fit connaître son couteau en Suisse et en Italie. En 1911, il décroche même la médaille d'or à l'Exposition universelle de Turin.


De Cognin à Chambéry


En 1915, Joseph déménage à Cognin, une commune située à l'ouest de Chambéry. Ses deux fils, Marcel et Léon travaillent à ses côtés. À partir de 1973, l'usine de Cognin est réorganisée suite à la construction d'un nouveau site de production sur Chambéry. Initialement dédié à la fabrication automatisée des manches en bois, il accueillera par la suite l'atelier d'assemblage et la plateforme logistique. Depuis 2013, toutes les activités Opinel de production et le siège social sont regroupés sur Chambéry.
En 2015, l'entreprise, toujours dirigée par la famille Opinel, agrandit ses ateliers pour optimiser la production du traditionnel couteau de poche et des nombreux autres articles (jardinage,
art de la table...). Aujourd'hui, dans l'usine de la Revériaz à Chambéry, une centaine de personnes poursuit la tradition de qualité, chère au fondateur de la marque.


Un succès international protégé


Plus d'un siècle plus tard, le couteau Opinel a conservé sa silhouette et sa robustesse. Il est devenu un objet du patrimoine français, dont la réputation a peu à peu dépassé les frontières hexagonales. En effet, si le premier marché de ce couteau de poche, encore aujourd'hui fabriqué en plein coeur de la Savoie, demeure le marché intérieur, la lame à la main couronnée a su séduire ailleurs. Les ventes à l'export se font majoritairement en Europe, en Allemagne, Italie et Espagne. Les Opinel sont également recherchés dans plus de 70 pays (États-Unis, Australie, Afrique du Sud, Chine, Japon, Corée...) et la moitié de sa fabrication (4 à 5 millions par an) est destinée à l'export. Il est même devenu un objet d'art outre- Atlantique où il est exposé au Musée d'art moderne (Moma) de New York. Un succès qui suscite des convoitises du côté des faussaires mais sans grande réussite. En effet, aujourd'hui, la protection industrielle est l'un des piliers de la réussite et de la pérennité de l'entreprise Opinel. Depuis sa création, les marques, modèles et brevets sont déposés, en France comme à l'étranger.
Parallèlement, la vigilance des partenaires de la société (clients, distributeurs, fournisseurs, consommateurs...) contribue à détecter les copies et contrefaçons à travers le monde. Aujourd'hui, l'investissement lié à la propriété industrielle est conséquent, à la mesure de l'ambition de l'entreprise. Une ambition qui vise le développement des marchés. «Présents dans de
nombreux pays mais à des degrés divers, nous devons développer et améliorer notre présence sur l'Europe du Nord, l'Amérique du Nord et investir l'Amérique du Sud. Notre challenge aujourd'hui et de devenir un acteur important sur le marché de la cuisine et de la table et sur le marché du jardinage», indique-t-on chez Opinel. 

 

En chiffres

Création : 1890,
CA 2013 : 17 millions d’€, dont 45 % réalisés à l’export,
Effectif : 100 personnes dont 60 personnes à la production,
Nombre de couteaux fabriqués par an : 4 millions.