Publié le 03/04/2015 à 00:00 / Jura Agricole

Investissements

La Commission de Bruxelles et la Banque européenne d’investissement (BEI) se proposent d’aider les États membres à faciliter l’accès des agriculteurs au crédit dans le cadre des programmes de développement rural 2014-2020.

Faciliter l'accès au crédit pour l'agriculture

Un modèle d'instrument de garantie financière destiné à faciliter l'accès des agriculteurs au crédit a été présenté le 23 mars par la Commission de Bruxelles et la Banque
européenne d'investissement (BEI). L'objectif est de pousser les États membres et régions de l'UE à recourir à la possibilité qui leur est offerte de créer, dans le cadre des programmes de développement rural 2014-2020, des outils – des fonds de garantie notamment qui aident les agriculteurs et autres acteurs du monde rural à obtenir des prêts. Une possibilité très peu utilisée à ce stade, et qui, selon la Commission, peut favoriser notamment les investissements pour la restructuration du secteur laitier après l'abolition des quotas ou pour l'installation des jeunes.
Il s'agit là du premier nouveau produit mis en oeuvre dans le cadre d'un protocole d'accord pour la coopération dans le domaine agricole et du développement rural signé le 14 juillet 2014 par la Commission européenne et la BEI.

 

Un effet de levier


Le budget de l'UE pour le développement rural est de 100 milliards € pour la période 2014-2020, dont la moitié est allouée par les États membres au soutien à l'investissement, a souligné Phil Hogan lors de la présentation, avec Wilhelm Molterer, vice-président de la BEI, du modèle européen d'instrument de garantie financière. Si ce dernier est utilisé dans le cadre des programmes nationaux ou régionaux, «une somme de, disons, 100 000 € fournie comme garantie peut se transformer en prêt d'un montant beaucoup plus important, peut-être 200 000 €, 300 000 € ou plus», a-t-il expliqué. Le commissaire à l'agriculture a donné l'exemple d'un fonds de garantie qui a été alimenté en Roumanie entre 2010 et 2014 par la politique de développement rural pour aider à obtenir 420 millions de prêts, en octroyant à peine 116 millions € de garantie.
Le protocole d'accord entre la Commission et la Banque européenne d'investissement couvre également les projets de recherche de l'exécutif dans les domaines de l'agriculture, de l'agroalimentaire et de la forêt, ainsi que les activités de prêt normales de la BEI pour des projets dans le secteur agricole et les zones rurales.