Publié le 15/04/2015 à 00:00 / Jura Agricole

Flash cultures semaine 16



 

COLZA HIVER


* Stade : la floraison est amorcée dans toutes les parcelles du réseau. Grâce à la cuvette, on constate que les colzas ont poussé d'au moins 30-40 cm en une semaine.

* Méligèthes : le nombre de pieds colonisés par des méligèthes ou encore le nombre de méligèthes par pied est très variable, de moins d'un individu (Annoire) à plus de cinq voire 6 individus par pied (Tavaux). Des dégâts sur boutons sont quelquefois observés comme à Ounans mais restent rares à ce jour. Pour les parcelles traitées avec un insecticide fin de semaine dernière (PYRINEX-GEOTHION), les efficacités sont bonnes. A noter qu'il y a parfois pas plus d'individus (<à 1) par pied que dans des parcelles non traitées. Preuve que le lieu est l'élément le plus déterminant vis-à-vis de ce ravageur.
Aux Hays, parcelle traitée avec du Geothion le 9 avril le nombre de méligèthes est cinq à six fois plus élevé dans le TNT que la parcelle traitée (1 méligèthe par pied). Mais aucun dégât sur boutons n'est constaté pour l'instant.
Les méligèthes sont censés se nourrir du pollen des fleurs et ne pas faire de dégâts sur les colzas en fleur. Il est cependant nécessaire de continuer la surveillance sachant qu'il n'existe pas de seuil d'intervention à ce stade du colza. Dans le cas où la floraison n'arrive pas à se dérouler normalement et que les méligèthes occasionnent des dégâts sur boutons, un traitement insecticide peut s'avérer nécessaire. Une réglementation très stricte encadre ce type d'intervention.
Seuls sont autorisés les insecticides ayant la mention « abeille », c'est-à-dire utilisable pendant la floraison, mais en dehors de la présence d'abeilles. Exemple : Mavrik Flo 0.2 l/ha, Proteus 0,5 l/ha... Ils ne doivent pas être appliqués lorsque les abeilles sont présentes dans la parcelle (plutôt en soirée, le plus tard possible). Pendant la période de floraison ou de production d'exudats, il est formellement interdit de mélanger pyréthrinoïdes et triazoles (metconazole, tebuconazole, prothioconazole) ou imidazoles (prochloraze) Si elles sont utilisées, ces familles de matières actives doivent être appliquées à 24 heures d'intervalle en appliquant l'insecticide pyréthrinoïde en premier. Si des ruches sont présentes dans les environs prévenez le propriétaire.
* Maladies : lutte contre le sclérotinia, voir article du Cetiom dans ce numéro du Jura agricole et rural. Rien de nouveau si ce n'est de nouveaux produits et notamment l'autorisation d'un produit de biocontrole (Ballad). Associé à un produit fongicide classique, son efficacité est inférieure aux meilleures références. Le bon positionnement de cette intervention préconisée systématiquement reste la principale difficulté. Attention à la hauteur des colzas. En cas de pluie, ils peuvent se développer très rapidement au point de compliquer le passage d'un matériel classique.

 

BLE HIVER


* Stade : tous les blés sont en montaison, 2 nœuds pour les plus précoces, épi 1 cm pour les plus tardifs.
* Fertilisation azotée: au stade 1 à 2 nœuds, le troisième apport doit être envisagé pour les stratégies en 4 apports. Après, il devra vous rester une quarantaine d'unités à apporter pour le dernier apport. Pour une bonne valorisation, il est conseillé de le réaliser l'apport avant un épisode pluvieux.

* Piétin-verse : nous arrivons à la fin de la période de risque (1 à 2 nœuds). Pour les parcelles à risque toujours inférieures au seuil (10-15% de pieds touchés), il est déconseillé d'intervenir.
* Septoriose: le risque septoriose est à prendre en compte à partir du stade 2 nœuds. A ce stade, il reste une feuille à sortir. C'est à dire que la deuxième feuille visible en partant du haut de la tige principale correspond à la F3 définitive. Le seuil de nuisibilité est atteint lorsqu'au moins 20 % des F3 définitives sont touchées.
Sur le terrain, cette maladie reste cantonnée aux feuilles basses. Le risque estimé par le modèle Presept reste faible pour la plaine du Jura et nul pour le reste de la Franche-Comté. Aucun traitement vis à vis de cette maladie ne se justifie, attendre le prochain bulletin.

* Rouille jaune : les premiers foyers sont signalés sur des variétés sensibles dans deux parcelles situées en Haute-Saône. Il est important de rappeler qu'il faut intervenir dès que les premiers symptômes sont observés. Seules les variétés sensibles à cette maladie telles que ALIXAN, ALLEZ-Y, ALTIGO, HIFI, HYSUN, HIWIN, IONESCO, LAURIER, PIRINEO... sont concernées. Surveillez vos parcelles à risque très régulièrement et intervenez dès les premières pustules visibles. Voir BSV.

Si vous avez déjà réalisé un traitement fongicide sur votre parcelle avec un produit efficace (CEANDO, CHEROKEE, OPUS, OSIRIS WIN, YETI,...), cette maladie est censée être contrôlée. A l'inverse, si le produit est peu ou pas efficace (INPUT, AVIATOR XPRO...) il faudra absolument la contrôler. La substance active présentant la meilleure efficacité rapport qualité prix est l'époxiconazole à demi dose (0.5 l/ha OPUS ou 0.75 l/ha d'OPUS NEW). Les strobilurines (ACANTO, COMET, AMISTAR...) ainsi que les produits BASF à base de SDHI + époxiconazle (ADEXAR, VIVERDA, CERIAX...) présentent aussi de très bonne efficacité mais sont plutôt à réserver pour des traitements au stade dernière feuille.

 

ORGE HIVER – ESCOURGEON

 

* Stade : 1 nœud à 2 nœuds. Le stade « dernière feuille pointante » est observée dans les parcelles les plus précoces.

* Maladies foliaires : Peu d'évolution des maladies depuis la semaine dernière. Dans la plupart des parcelles observées l'helminthosporiose et/ou la rhynchosporiose restent cantonnées aux feuilles basses et généralement à de faibles intensités. Par contre et comme bien souvent, ce sont les parcelles qui « souffrent » qui sont le plus malades. Attention aussi à ne pas confondre symptômes physiologiques ou phytotoxicité des herbicides avec des maladies. La réalisation d'un témoin non traité aide beaucoup à faire la différence dans ses situations.

Comme on l'indiquait la semaine dernière, la possibilité d'un traitement unique au stade sortie dernière feuille-dernière feuille étalée reste une possibilité. Les parcelles précoces devraient être à ce stade courant semaine prochaine.

Nuisibilité des principales variétés.
Nuisibilité maladies Orge fourragère Orge Brassicole
Faible KWS Cassia, Malicorne, Smooth, SY Bamboo... Salamandre, SY Tepee,...
Moyenne Tatoo, Volume, SY Boogy, Dribble, KWS Glacier... Etincel, Isocel, Casino, Calypso, Amistar, ...
Elevée Ketos, Touareg, Cervoise,... Esterel, Passerel,...

Exemple de produits ou association en traitement unique lorsque la dernière feuille est étalée ou complétement déployée (dose la plus forte). Ces mêmes propositions peuvent être reprises pour le deuxième traitement lorsqu'un premier a déjà été réalisé (dose la plus faible). Dans ce cas, on attendra de préférence le stade « barbes pointantes » (source ARVALIS) :
• Aviator Xpro 0.55 à 0.6 ou Aviator Xpro 0.4 à 0.5 + Twist 500 SC 0.1
• Adexar 0.7 à 0.8 ou Librax 0.7 à 0.8
• Viverda 1 à 1.1 ou Ceriax 0.8 à 0.9
• Librax 0.5 à 0.6 + Comet 0.2

Seuil de traitement variétés sensibles :
- Helminthosporiose plus de 10 % des feuilles atteintes
- Rhynchosporiose plus de 10 % des feuilles atteintes et plus de 5 jours avec pluie > 1mm
- Rouille naine plus de 10 % des feuilles atteintes
- Oïdium plus de 20 % des feuilles atteintes

Seuil de traitement variétés moyennement sensibles à peu sensibles :
- Helminthosporiose plus de 25 % des feuilles atteintes
- Rhynchosporiose plus de 10 % des feuilles atteintes et plus de 7 jours avec pluie > 1mm
- Rouille naine et oïdium plus de 50 % des feuilles atteintes.

* Régulateur : Les OH-ESC sont plus exposées à la verse que le blé d'où un recours aux substances de croissance assez généralisé du moins en plaine. Cependant, des variétés peu sensibles sont cultivées comme MANGOO, KWS TONIC, KETOS, SALAMANDRE, VOLUME, SY TEPEE, MALICORNE, METAXA, CARAVAN, SY BAMBOO,...Seul moyen de juger de l'intérêt ou non de votre traitement, la présence d'un témoin non traité dans chacune de vos parcelles. Cela doit vous permettre de juger à moyen terme de l'opportunité ou non de ce type de traitement.

De tous les produits autorisés, seuls ceux contenant de l'étéphon permettent de maîtriser la casse de l'épi sous réserve d'être appliqués tardivement (sortie dernière feuille). Principaux produits (source ARVALIS) :
- Arvest, Terpal, ... 2 à 2.5 l/ha de 1 nœud à apparition de la dernière feuille
- Etheverse, Cerone, Baia E... 1l/ha de 2 nœuds à dernière feuille étalée avant sortie des barbes.
- Sonis(*) 0.8 à 1.2 ou Moddus* 0.5 à 0.7 de « épi 1 cm » à 1 nœud
- Medax Top 0.8 à 1 de 1à 2 nœuds.

(*) Réduire la dose de 20% sur les orges à 2 rangs.

Conditions d'application : temps poussant et lumineux, absence de forte amplitude thermique (>15-20°C) et de pluie dans les deux heures suivant l'application.

 

TOURNESOL

 

* Stade : levée pour les semis réalisés aux environs du 20 mars. Sinon semis en cours depuis le 10 avril.

 

ORGE de PRINTEMPS


* Stade : tallage pour les semis de février, trois feuilles pour ceux de mars.

 

MAÏS

 

* Semis : les semis ont débuté la semaine dernière sur les terres les plus chaudes. Avec des températures beaucoup plus chaudes depuis hier et prévues pour la semaine, ils démarrent en tout secteur.

* Désherbage : La stratégie tout en pré-levée est particulièrement conseillée lorsque la flore supposée est composée de :
- graminées PSD (panic, sétaire, digitaire), et ce d'autant plus qu'elles sont nombreuses
- et de dicotylédones classiques (chénopodes, amarante, morelle noire, renouée persicaire, mouron des oiseaux,...).

Elle permet d'avoir une efficacité à la fois sur graminées et sur dicotylédones en un seul passage. Elle est relativement simple à mettre en œuvre, il suffit de désherber après le semis. Mais elle est dépendante de la météo (efficace si pluie d'au moins 10 mm dans les 10 jours suivants). Elle reste sécuritaire pour les exploitations dont la charge de travail est importante en avril-mai.

En présence de graminées et de dicotylédones difficiles (mercuriale,...) et/ou de vivaces, elle est insuffisante. On lui préférera une stratégie de pré levée + post levée, le premier traitement visant principalement les graminées.

Les stratégies en post levée, précoces ou non, sont adaptées aux situations sans graminées ou en faibles nombre et aux dicotylédones classiques et difficiles.

Exemple de programmes de Pré Levée (source Arvalis) :

Antigraminées de pré-levée Antigraminées + Antidicot de pré-levée
Dual Gold S/Aliseo 1.5 l à 2.1 l Dual Gold S/Aliseo 1.4 l à 1.6 l + Merlin Flexx 1.7
Dual Gold S 1.4 l à 1.6 l + Prowl 400 2 l ou Atic Aqua 1.8 l
Isard/Spectrum 1 l à 1.4 l Isard/Spectrum 1.2 + Merlin Flexx 1.7
Isard/Spectrum 1.2 + Prowl 400 2l ou Atic Aqua 1.8l

Isard/Spectrum 1 l + Tarot 50gr
Camix /Calibra 3 l + Merlin Flexx 1.2
Camix /Calibra 3 l + Prowl 400 1.5 l
Dakota P 3 l + Merlin Flexx 1.5
Dual Gold S/Aliseo 0.9l à 1.3 l + Adengo/Koloss 1.5 l
Isard 0.8 l à 1 l + Adengo/Koloss 1.5 l
Adengo/Koloss 2 l

 

Message élaboré par les techniciens de la chambre d'agriculture du Jura.