Publié le 19/04/2015 à 00:00 / Jura Agricole

OS Montbéliarde

Après la tournée des sections réalisée en ce début d'année par le président et le directeur de l'organisme de sélection, c'était vendredi 10 avril la dernière des assemblées générales à Epinal, juste avant le concours des Miss. L'occasion de mettre l'accent sur « l'efficience économique de la race ».

Transformer le travail en euros

Pour le nouveau président de l'OS Montbéliarde, Alain Vuaillat, «la race montbéliarde doit être construite pour transformer du travail en euros, l'efficience économique restant l'objectif premier». Et visiblement cet objectif correspond à une demande du marché : les effectifs montbéliards sont toujours en hausse en 2014 avec 14 408 vaches contrôlées en plus pour un total de près de 436.000 vaches. Même si la conjoncture laitière explique en partie cette évolution (+62 397 VL en 2014), la race montbéliarde conforte sa deuxième place des races françaises avec 16,9 % des effectifs contrôlés. Avec une production moyenne de 6 964 kg de lait par lactation (+100 kg par rapport à 2013), la montbéliarde produit désormais en moyenne 499 kg de matière utile. De quoi séduire de nouveaux éleveurs.

Un nouvel ISU en préparation

Les chantiers à l'OS ne manquent pas pour les années à venir. Il s'agit d'abord de réflexions sur un nouvel ISU à venir en 2016 (suite à la mission Osiris sur le Massif Central notamment). Auparavant remanié tous les 10 ans, l'ISU devrait désormais être «révisé au fil de l'eau en intégrant de nouveaux critères sélectionnés». La mission d'ingénierie de la morphologie qui revient à l'OS va également porter ses fruits cette année : les 61 techniciens «pointage» formés et encadrés par l'équipe de l'OS s'appliquent en effet à collecter trois nouveaux postes d'aplomb, et réfléchissent sur un aspect «support de la mamelle» qui pourrait également devenir un nouveau critère de pointage.

L'autre sujet, qui préoccupe l'ensemble des responsables professionnels du monde de l'élevage est la mise en place du nouveau règlement zootechnique européen. «Nous allons quitter dans un avenir proche, certainement début 2018, un système très administré pour un système très libéral et contractualisé», calqué sur l'organisation déjà en place en Europe du Nord. Les trois entreprises de sélection qui siègent à l'OS devront  sous peu se rencontrer et faire des propositions.

 

Les plus de 100.000 récompensés

 

Alain Vuaillat a également profité de la journée pour remettre un prix à tous les éleveurs propriétaires de vaches ayant produit plus de 100.000 kg de lait. Dans le Jura, ont ainsi été mis à l'honneur le Gaec Droz Grey à Pont du Navoy avec Nadia (Embrun/Voilier) qui cumule 113.351 kg de lait en 14 lactations ; le Gaec des Marnières à Chapois avec Nirvalda (Cerneux/Violet) qui cumule 110.554 kg de lait en 13 lactations, et avec Orchidée (Généreux/Bois Levin) qui cumule 101.608 kg en 14 lactations ; et enfin le Gaec Baud Frères à Fraroz avec Norvège (Faucon/Vassal) qui cumule 101.953 kg de lait en 11 lactations.
Des performances de longévité considérables et qui donnent le tournis quand on considère que 5 camions citernes ne suffisent pas pour collecter la production des championnes : on parle de 130.353 kg pour Poire dans le Doubs, qui culmine à plus de 4 t de matière protéique cumulée... Chapeau !

 

L.D.