Publié le 09/05/2015 à 00:00 / Jura Agricole

IMPLANTATION DE PRAIRIES

Le semis de prairie sous couvert de céréales est un bon moyen de sécuriser l'implantation de sa prairie tout en évitant de labourer. Cette pratique permet également d'obtenir deux coupes l'année de la mise en place.

Réussir un semis de prairie sous couvert de céréales

Très pratiqué, il y a quelques décennies puis oublié, le semis sous couvert est remis en avant ces dernières années en raison de son taux de réussite élevé notamment en agriculture sans phytosanitaires. Cette pratique agroécologique présente de nombreux avantages :

- Sécuriser l'implantation de la prairie : limitation de la pression adventice et protection des jeunes plantules contre les aléas climatiques.
- Garantir une première coupe satisfaisante lors de semis de prairies multi-espèces avec une implantation lente.
- Assurer une couverture du sol limitant l'érosion et favorisant la vie du sol.

Néanmoins, le semis sous couvert impose de faire un compromis entre la réussite de la céréale et celle de la prairie. En effet, une céréale conduite jusqu'à la moisson, pénalisera la prairie qui aura accès à la lumière tardivement. En règle générale, la priorité est donnée à la prairie. Le couvert sera donc semé et récolté en conséquence.

 

Comment et quand semer ?

 

Cette technique de semis impose deux passages de semoir : un pour le couvert et le second pour la prairie, préférentiellement en passage croisé.
L'idéal est de semer le couvert à l'automne et la prairie au printemps (avant le stade épi 1 cm de la céréale). Cette solution permet de maîtriser au mieux la profondeur de semis de la prairie en raison des précipitations hivernales qui permettent d'assurer un bon rappuyage du sol. Autre avantage, les légumineuses étant des plantes de lumière, elles sont favorisées par des semis de printemps. Dès que le sol est portant le passage de la herse permet de créer de la terre fine, nécessaire au semis de la prairie. Le mélange multi-espèce est ensuite semé à une profondeur de 1 à 2 cm, puis rouler. Une autre possibilité consiste à semer au même moment le couvert et la prairie, toujours en passage croisé.

 

Quel couvert semer ?

 

Le choix du couvert se fait en fonction de la pérennité de la prairie. Pour les prairies de plus de trois ans, l'avoine avec son cycle plus lent, est plus en phase avec la prairie. Pour les prairies d'implantation rapide, et d'une pérennité de une à trois années, toutes les autres céréales peuvent convenir. Le ray-grass d'Italie peut aussi être utilisé en couvert.

 

Comment récolter ?

 

La première coupe est réalisée plutôt en fauche précoce (ensilage ou enrubannage) afin de donner de la lumière le plus rapidement possible pour le développement de la prairie. Les céréales sont alors récoltées immatures. Les rendements obtenus sont, de façon générale, inférieurs à ceux de céréales seuls notamment en raison d'une densité de semis moins importante.
En revanche, une seconde exploitation est réalisable 35 à 40 jours plus tard (pâture ou fauche).