Publié le 16/05/2016 à 00:00 / Jura Agricole

FR Geda

La fédération régionale des groupes d'étude et de développement agricole (FRGeda) de Franche-Comté a tenu. son assemblée générale annuelle le 28 avril 2016 à Montfort autour de témoignages « d'agriculteurs en transition vers l'agroécologie ».

En transition vers l'agroécologie

Gilles Duquet, agriculteur à Fontain (Doubs), président de la FRGeda, rappelle en introduction que l'agro-écologie c'est « utiliser au maximum la nature comme facteur de production en maintenant ses capacités de renouvellement ». Les agriculteurs adhérents des groupes de développement agricole, à la recherche d'alternatives et de solutions pour augmenter leur revenu et améliorer leurs conditions de vie et de travail avec le respect de l'équilibre homme- nature-le vivant, se sont engagés depuis longtemps dans la triple performance.

Après un rappel des thèmes des réflexions et travaux menés dans les groupes et leurs fédérations depuis plus de 15 ans sur le changement climatique et ses impacts sur l'agriculture, les coûts de production, les médecines alternatives, l'agriculture écologiquement intensive, la biodiversité, l'antibiorésistance ou encore l'innovation, des agriculteurs porteurs de GIEE et d'actions collectives ont témoigné de leur démarche.
Quatre groupements d'intérêts économiques et environnementaux (GIEE) et deux actions des réseaux des groupes ont été présentés.

Thomas Muller, polyculteur à Tavaux et président du GVA de Chemin-Dole explique que si le GVA travaille déjà sur l'évolution des systèmes avec une préoccupation de la vie du sol et la diminution des intrants, la démarche pour former un GIEE entre plusieurs groupes de développement et sur plusieurs zones (Bresse, Revermont, Val d'Amour, le Finage) a apporté une mobilisation et une vraie motivation aux 15 agriculteurs qui souhaitent avancer sur une thématique qui n'intéressent pas à priori tous les adhérents de leurs groupes. Ils ont ainsi déposé avec l'appui de la chambre d'agriculture du Jura un GIEE pour « Trouver l'Equilibre dans nos Systèmes par l'Expérimentation et les Réseaux » (TESTER). L'objectif est que chaque membre du GIEE trouve « son système idéal » avec l'expérimentation, la production des connaissances et les échanges. Les actions envisagées portent sur l'observation des sols, des associations de cultures, l'optimisation des couverts, la localisation des engrais, la mycorhization, une maîtrise des phyto avec les bas volumes, la valorisation du biocontrôle et des auxiliaires en partenariat avec la fédération de chasse du Jura.
C'est dans le même esprit que le GIEE « Agroécologie en mouvement », porté par quatre agriculteurs de la plaine du Jura a été agréé dans le précédent appel à projet. Maxime Barbier, céréalier et responsable d'entreprise de travaux agricoles à Orchamps (39), relate la remise en cause radicale des pratiques « habituelles » basées le labour et l'usage intensif des phytos. Les agriculteurs de ce GIEE, constatant l'augmentation des charges rendant les exploitations peu viables à long terme, ont décidé de travailler sur l'économie de mécanisation et d'énergie, la conservation des sols, la biodiversité tout en maintenant leurs chiffres d'affaires. Ils appliquent des méthodes d'agriculture de conservation avec la suppression du labour, couvrent de manière permanente leur sol avec des couverts végétaux et allongent les assolements. Ce GIEE leur permettra de faire un bilan au bout de cinq ans sur le temps passé, les consommations de carburants, la biodiversité du sol.

 

Les sols en système herbager

 

Nicolas Marguet, agriculteur à Fuans et administrateur de la FRGeda présente le GIEE « Herbe@venir ». Ce groupe issu de membres de la FRGeda est réparti sur le Doubs et le Jura. Il travaillait déjà sur l'autonomie et la notion « produire autrement ». Ils s'intéressent aux techniques de conservation des sols en système herbager et souhaitent améliorer les prairies avec le minimum de travail du sol et d'intrants. Le groupe s'est lancé dans des essais de mélanges de graminées, de légumineuses et de crucifères pour justement mesurer l'apport des plantes sur la structure des sols et la fertilisation azotée.

Le quatrième GIEE porte sur la méthanisation collective. Christian Brand, agriculteur à Belvoir, ancien président de Ceta et président de la communauté de communes des Vallons de Sancey relate l'évolution de ce projet qui a abouti à la création d'une SAS regroupant 12 exploitations et 26 agriculteurs tous habitués à travailler de manière collective car issus de coopératives, de Ceta ou de Cuma. L'unité de méthanisation est entrée en exploitation depuis peu avec une valorisation de la chaleur pour la production de spiruline, une algue riche en protéines. A travers le GIEE, les agriculteurs mettent en valeur l'évolution de leurs pratiques, caractérisent leurs effluents et analysent les digestats.

Enfin deux autres initiatives des groupes hors GIEE sont présentées. L'une porte sur la santé du troupeau avec les résultats de la journée régionale du 17 novembre 2015 et l'autre sur les coûts de production avec deux groupes de gestion animés par la chambre du Jura. Ces deux initiatives montrent tout le bénéfice à avoir des échanges en confiance entre agriculteurs. Ils détiennent des connaissances et peuvent les mutualiser, comparer leurs pratiques et leurs résultats afin de se fixer des objectifs personnels de progrès. Un panel plus large des données permettront aux groupes d'avoir des repères et matière à plus d'échanges. Gilles Duquet comme Christian Colmagne, agriculteur à Champagne sur Loue et président de la FDGeda du Jura lancent de concert un appel aux adhérents des groupes à participer en faisant un retour de leurs pratiques en médecines alternatives, en participant aux journées régionales comme aux groupes de gestion.

Les différents représentants présents, le CER, la CRA, le Crédit agricole, le VIVEA et la DRAAF sont ensuite intervenus pour rappeler l'importance d'avoir des groupes qui garantissent la neutralité des échanges, le soutien aux formations vers le triple performance ou encore les prochaines informations sur les possibilités de financements des GIEE.
La FRGeda a tenu en après midi son assemblée statutaire avec l'annonce du prochain festival national des groupes les 19 et 20 janvier 2017 en Bretagne, à Vannes. 600 agricultrices et agriculteurs de toute la France, dont les Bourguignons-Francs-Comtois sont attendus !