Publié le 07/09/2016 à 00:00 / Jura Agricole

LAMOTTE-BEUVRON

A l'initiative de la FNSEA et JA, un grand meeting syndical était organisé jeudi dernier au cœur de la Sologne et une délégation jurassienne y participait. Alors que les ministres de l'agriculture des différents pays européens se réunissaient en conseil informel à Chambord, 800 agriculteurs s'étaient donné rendez-vous sur le site de la fédération nationale d'équitation. Un rendez-vous pour une série de revendications à obtenir en urgence et pour dresser les grandes orientations de l'agriculture de demain.

Ministres à Chambord, paysans à Lamotte-Beuvron

Entre la crise des prix, les intempéries, l'accaparement de la valeur ajoutée par la transformation et la distribution, l'évolution des normes, FNSEA et JA ont souhaité « marquer le coup » et redonner des perspectives aux agriculteurs français.

Parce que l'agriculture française et son modèle familial est riche de sa diversité, elle est une chance pour l'économie, l'emploi et l'environnement ». C'est par ces mots remplis d'espoir que le président des Jeunes Agriculteurs, Jérémy Decerle a entamé son intervention. Certes, à court terme il y a nécessité à faire face aux besoins de trésorerie les plus urgents et c'est pour cela que la FNSEA et JA demandent à la fois des mesures de refinancement de l'agriculture, une prolongation du plan d'urgence, une action forte sur les prélèvements obligatoires et enfin, une aide pour ceux qui ont subi des catastrophes climatiques.

 

Agir concrètement sur les prix


Concernant les prix, les deux organisations syndicales demandent une action à la fois au niveau législatif par une inversion de la construction du prix en y intégrant les coûts de production, au niveau des organisations de producteurs en démultipliant les contractualisations, avec l'appui du syndicalisme s'il le faut, et enfin, au niveau des consommateurs. L'étiquetage « Origine France » doit se généraliser et l'approvisionnement de la restauration hors foyer doit être clairement réorienté vers des productions plus locales. Et il doit être conduit en partenariat étroit avec les collectivités locales.
Pour compléter ce plan d'action, FNSEA et JA souhaitent également poursuivre leur mobilisation en faveur de la compétitivité et la réduction des charges sur le plan fiscal par une amélioration des outils de gestion des risques mais également en faisant pression pour une mise en place rapide de la TVA sociale. Enfin, à propos des normes, le projet proposé repose sur de nouvelles demandes de simplifications en s'assurant, lorsqu'elles sont mises en place, de leur équivalence avec les autres pays européens.
Les orientations de la future Pac ont également été abordées avec une volonté forte et unanime de recréer des outils de régulation de marchés à l'échelle européenne. Même si ce n'est pas la ligne défendue par le commissaire à l'Agriculture, Phil Hogan, c'est bien de la survie d'un pan de l'agriculture et des agriculteurs français dont il s'agit !