Publié le 26/01/2017 à 00:00 / Jura Agricole

AGROMETEO

DÉCEMBRE / Il n’est tombé que quelques millimètres de pluie sur la plupart des stations météorologiques de la zone Rhône-Alpes, Bourgogne et Franche-Comté pendant ce mois de décembre, qui entre dans les annales comme le plus sec depuis 50 ans. Les températures ont été légèrement en dessous des normales saisonnières.

Une sécheresse exceptionnelle en décembre

La météo du mois de décembre 2016 a été marquée par l'influence quasiment continue de conditions anticycloniques, bloquant les perturbations.
Des pressions « anormalement hautes » sur le nord du pays, atteignant 10 hectopascals selon Météo France, ont permis à un temps très ensoleillé de se maintenir sur le pays et notamment
le sud-est. C'est par exemple ce qui explique la longueur des pics de pollution constatés dans les grandes agglomérations et la vallée de l'Arve. La stabilité de la météo maintenant sous un « couvercle » les particules fines. Ce mois de décembre est donc marqué par des records de sécheresse et d'ensoleillement, là où l'astre solaire a réussi à percer les brumes et brouillards.


Décembre 2016, le plus sec depuis 50 ans


Les perturbations atlantiques n'ont pas réussi à forcer l'anticyclone qui s'est maintenu sur le pays. La façade est de la zone Rhône-Alpes n'a quasiment pas vu de précipitations. Ainsi, Chambéry
enregistre un mois de décembre sans aucune précipitation pour une normale de 92,5 mm. À Bourg-Saint-Maurice, il n'est tombé que 0,4 millilitre contre 90,8 mm en temps normal. À Grenoble, 4 mm ont été enregistrés contre une normale à 58 mm. Plus au nord, à Ambérieu ou Lons-le-Saunier, à la place des 80 à 90 mm attendus, il n'est tombé que 2 et 5,2 mm. À Lyon ou Dijon, on ne franchit pas non plus la barre des 10 mm, avec respectivement 6,4 et 8 mm. Mâcon y parvient tout juste avec 11 mm pour une normale de 63 mm. Dans le sud de la zone Rhône-Alpes, les pluies à Lanas et Montélimar couvrent 24 % de la normale avec 23,5 mm et 19 mm. Seule la station de Saint-Étienne se démarque quelque peu avec 21 mm pour une normale de 51,3 mm, soit 41 % des pluies normales... Cette absence de précipitation pénalise fortement les stations de ski, qui n'ont pas eu de neige à offrir aux vacanciers pour la période de Noël, en dehors des faibles quantités de neige de culture.
Sur l'année, le bilan des précipitations reste globalement positif sauf pour trois stations météo : Montélimar où il manque 93 mm, Grenoble en baisse de 45 mm par rapport à la normale et Les Sauvages avec un déficit de 56 mm. Ailleurs, les cumuls dépassent de 7 à 15 % la normale à Lons-le-Saunier, Chambéry-Aix, Dijon, Mâcon et Bourg-Saint-Maurice.
Ailleurs, comme à Lyon, Saint-Étienne, Lanas et Ambérieu, les cumuls de précipitations sont conformes à la normale.


Une recharge des nappes en retard


Ces faibles pluies en décembre font plonger les cumuls de précipitation enregistrés depuis septembre, mois où commence habituellement la période de recharge des nappes phréatiques. Si Saint-Étienne reste en cumul positif de 8 %, toutes les autres stations météorologiques enregistrent des retards de 3 à 32 %. Le sud et le nord de la zone Rhône-Alpes-Bourgogne affichent des
retards de 3 à 12 %. C'est le centre, le long d'une ligne Lyon – Grenoble que les retards sont les plus importants.
Peu ou pas de précipitations rime avec ciel dégagé. Aussi, l'ensoleillement a battu des records dans l'est, et la moitié nord de Rhône-Alpes. Exception notable, à Mâcon où le soleil n'est pas venu à bout de grisailles tenaces, un phénomène constaté également dans le Val de Saône et à Lyon.


Des températures de saison


Si la moyenne des températures est plutôt proche des normales de saison, on constate que seules cinq stations sur douze ont enregistré des températures supérieures à 8°C. À Ambérieu, Dijon,
Grenoble, Lons-le-Saunier, Lyon, Mâcon et Chambéry, le thermomètre n'a jamais franchi cette barre. C'est également dans ces stations que les cumuls en base 0°C sont inférieurs à la normale
de moitié. ■


Camille Peyrache