Publié le 01/03/2017 à 00:00 / Jura Agricole

FDSEA DU JURA

Au terme d'une année de crise agricole, l'activité syndicale de la FDSEA du Jura a été intense. Les différents rapports l'ont montré tout au long d'une assemblée générale qui a permis à Frédéric Perrot d'annoncer qu'il ne briguerait pas de nouveau mandat à la présidence. Christophe Buchet est appelé à lui succéder, le 9 mars prochain.

Salut Fred !

« Nous connaissions Xavier mieux que quiconque et c'est de cela que nous voulons témoigner aujourd'hui... C'était un homme grand, extrêmement loyal et très humain... Et nous serons présents samedi matin au SIA qui lui sera dédié... Beaucoup de chagrin, mais la nécessité de poursuivre... ».

Ces quelques mots de Christiane Lambert résument à eux seuls le climat qui régnait en cette salle polyvalente de Domblans, cadre de l'assemblée générale de la FDSEA du Jura, à la veille des obsèques de Xavier Beulin. La disparition subite du président de la FNSEA avait soulevé bien des interrogations sur la venue de Christiane Lambert dans le Jura. Malgré le chagrin et l'émotion, la présidente par intérim a tenu à montrer que le plus bel hommage qui pouvait être rendu à Xavier Beulin était celui de la poursuite du travail, du combat qu'il menait. Sans attendre !
Pas de transition à la FNSEA. Pas de transition non plus à la FDSEA du Jura où le président Frédéric Perrot a annoncé sa décision de passer la main à Christophe Buchet, le secrétaire général. C'est à lui d'ailleurs qu'est revenu la charge de présenter le rapport d'activités d'une année syndicale 2016 particulièrement chargée.
Dans un contexte de crise qui se solde par une perte de chiffre d'affaires de 33 millions d'euros sur les deux derniers exercices pour la ferme Jura, il faut, selon lui, apporter des réponses. « La fédé et les OPA ont bien joué leur rôle, explique-t-il. Elles se sont mobilisées pour donner du souffle aux exploitants. Elles ont proposé des solutions, explorer des pistes pour que les exploitants retrouvent des marges de manœuvre et des perspectives... ».
Il cite, la baisse des cotisations MSA (7% pour la branche maladie et 3% pour la branche famille), la réforme sur les zones vulnérables considérées comme une « véritable provocation de la part d'une administration obtuse et sourde aux arguments de la population agricole », la réforme des zones défavorisées, « véritable serpent de mer et marché de dupes » où l'on attend la présentation de la quatrième version d'une carte qui devrait permettre le reclassement en zone défavorisée de 44 communes jurassiennes qui avaient été déclassées...
Sur la révision du cahier des charges du comté, un travail est mené par les producteurs pour établir une synthèse qui sera proposée au CIGC et « dont la légitimité ne pourra être contestée par personne »...

 

Frédéric Perrot passe la main


Du rapport moral de Frédéric Perrot, on retiendra surtout la chute. L'annonce de sa décision de ne pas briguer de nouveau mandat à la présidence de la FDSEA du Jura où il termine son quatrième mandat. C'est avec une certaine émotion dans la voix, qu'il annoncé le passage de relais à Christophe Buchet, lors du prochain conseil électif programmé pour le 9 mars prochain... Annonce qui lui a valu moult remerciements de la tribune ainsi qu'une « standing ovation » de la salle. Frédéric Perrot reste par ailleurs président de la FRSEA de Bourgogne Franche-Comté, poste qui lui permettra de poursuivre son action sur les dossiers qui constituaient la trame de son rapport moral. Sans rentrer dans le détail qui avait fait l'objet d'un copieux rapport d'activités, il cite brièvement la TVA sociale, les travailleurs détachés, la surtransposition des normes... avant de conclure en réaffirmant sa foi pour l'Europe : « Pour l'Europe, pour une Europe différente mais pour l'Europe. Nous devons rester européens ! »