Publié le 03/04/2017 à 00:00 / Jura Agricole

COLZA



 Assurer la protection contre les maladies en floraison

Une protection préventive


Le sclérotinia est une maladie peu fréquente mais qui peut être très nuisible. Les pertes de rendement sont en moyenne de 6,5 q/ha dans les essais Terres Inovia menés depuis 2008 et touchés par la maladie. Elles peuvent dépasser 10 q/ha, comme en 2007. En l'absence de maladie visible, un gain moyen de 1.5 q/ha est mis en évidence (synthèse pluriannuelle des essais Terres Inovia), rentabilisant le plus souvent l'intervention fongicide (passage et produit). Malgré la faible fréquence d'expression de la maladie, la perte potentielle de rendement et l'absence de solution curative incitent à réaliser une protection préventive au stade G1.


Un traitement unique à bien positionner au stade G1


Il y a différentes façons de reconnaître le stade G1. Ce stade correspond à la chute des premiers pétales, à la formation des 10 premières siliques (<2cm) et à une parcelle « bien jaune ». Le stade G1 apparaît, en fonction des températures, de 6 à 12 jours après le début floraison. Aidez-vous du Bulletin de Santé du Végétal (BSV) de votre région pour repérer ce stade clé et surveillez vos parcelles car les écarts de stade entre parcelles peuvent être importants. Terres Inovia a démontré qu'un traitement positionné trop tôt ou trop tard par rapport à G1 avait une efficacité fortement amoindrie. Les résultats d'essais de ces dernières années n'ont pas montré de gain significatif d'efficacité ou de rendement d'un double passage par rapport à une application unique d'un fongicide de référence dès lors que ce dernier est bien positionné au stade G1 et à dose pleine.
Plante au stade G1 : les 10 premières siliques font moins de 2 cm. La floraison des inflorescences secondaires commence. (Photo L.Jung – Terres Inovia)

Parcelles au stade G1, stade idéal pour positionner le traitement unique (photo L.Jung Terres Inovia)


Une gamme de solutions large pour varier les matières actives


Dans le dispositif de surveillance "Résistance du sclérotinia aux fongicides " (ANSES, Terres Inovia), on constate une progression la proportion de souches détectées résistantes au Boscalid d'année en année. Grâce à un panel large de solutions actuelles, il est possible de varier les matières actives en se limitant à une seule application de SDHI par campagne et en associant systématiquement le Boscalid lorsqu'il est utilisé.
Les solutions efficaces contre le sclérotinia sont nombreuses et permettent cette alternance : Propulse, Filan SC, Efilor (ou Pictor Pro+ Sunorg Pro), Prosaro et Joao mais aussi plus récemment le pack FORZA ou Aviator Xpro.
En présence de cylindrosporiose, choisissez un programme fongicide intégrant une triazole et idéalement du prothioconazole. L'année 2016 a démontré l'efficacité de ces solutions pour éviter le passage de la maladie sur siliques.

Il existe également deux solutions mixtes associant une solution de bio-contrôle à un fongicide : depuis 2014 Acapela Soft Control qui est une association de la bactérie Bacillus pumilus (Ballad, 1 l/ha) et du fongicide Acapela 250 SC (Picoxystrobine 0,5 l/ha) et, depuis 2016, Polyversum ® associant un champignon (Pythium oligandrum) et un fongicide à demi-dose : tébuconazole (Spekfee, Erasmus) ou metconazole (Sunorg Pro). Ces solutions mixtes offrent une efficacité sur sclérotinia qui se rapproche des références pleine dose ou demi-dose (Propulse, Filan SC...) mais elles restent néanmoins en retrait. Ces packs peuvent être positionnés dans les situations où la pression sclérotinia est plutôt faible à moyenne (rotations longues > 4ans, historique sclérotinia faible...).


A. Van Boxsom – D. de Fornel - Terres Inovia