Publié le 18/10/2017 à 00:00 / Jura Agricole

AGROMETEO

Le mois de septembre a été exceptionnellement sec notamment dans les départements du sud de Rhône-Alpes et plutôt frais avec une température moyenne sous les normales saisonnières sur l’ensemble de la zone Centre-Est.

Un temps frais et sec s’est invité en septembre

L'automne a démarré brutalement en septembre en Rhône-Alpes, Bourgogne et Jura au moins jusqu'à la troisième décade où les températures sont quelque peu remontées.
En milieu de mois, une période particulièrement agitée a entraîné une chute des températures. Malgré quelques journées chaudes en début de mois et après le 23, le mois de septembre a été marqué par des températures inférieures aux valeurs de saison, jusqu'à 2 °C de moins sur les massifs. Elles ont été particulièrement fraîches du 15 au 20 avec en moyenne 3 à 4 °C de moins
que la normale. Sur le mois et sur le pays, la température moyenne s'établit 1 °C  en dessous de la normale. Dans le Centre-Est aussi, les températures de septembre marquent le pas et se situent en dessous des normales saisonnières. C'est une première depuis janvier 2017. Il manque par exemple 1,8 °C à Grenoble et globalement 1,5 % sur la zone Centre-Est.


Des précipitations très faibles


En moyenne sur la France et sur le mois, la pluviométrie est légèrement inférieure de 9 % par rapport à la normale. Si la façade atlantique et le nord du pays ont été concernés par des pluies particulièrement abondantes avant le 15 septembre, le quart Sud-Est du pays est resté très peu arrosé. Le déficit pluviométrique dépasse 50 %. Autour de la basse vallée du Rhône, on a enregistré moins de 20 mm sur le mois. Dans le Sud-Est, une sécheresse exceptionnelle entamée au printemps se poursuit. Les cumuls du mois atteignent seulement 13 % de la normale à Lanas (17,6 mm pour 131,5 mm), 18 % à Montélimar (18,2 mm pour 102,3 mm). L'Ardèche et la Drôme sont très touchés par cet épisode de sec.
Sur l'arc alpin, deux zones ont reçu la moitié des précipitations normales : Grenoble (39,7 mm pour 84,1 mm) et Bourg-Saint-Maurice (27,6 mm pour 59,3 mm), tandis que Chambéry (57,7 mm pour 81,7 mm) et Thonon (53,5 contre 73,3 mm) affichent des cumuls plus proches de 70 %. Plus à l'ouest, à Ambérieu, Lyon, Saint-Étienne, Les Sauvages, les cumuls de pluies sont compris entre 60 et 65 % de la normale.
Lons-le-Saunier s'en sort légèrement mieux avec un cumul de 63,4 mm pour une normale de 78,6 mm. Seule la station de Dijon fait mieux que la normale avec un cumul de 55,4 mm pour une normale de 45,4 mm, soit 122 %.

 

Des cumuls de pluies faibles sur 2017


Depuis janvier, les cumuls de précipitations sont très déficitaires sur toutes les stations météorologiques de la zone Centre-Est. Montélimar et Ambérieu affichent les cumuls les plus éloignés de la normale avec seulement 67 et 68 %. Il manque quand même 150 mm sur les 9 premiers mois de l'année à Ambérieu sur une normale à 792 mm. Grenoble et Les Sauvages atteignent tout juste les 75 % de précipitations depuis le début de l'année. Si Mâcon, Bourg et Chambéry sont toutes à des niveaux supérieurs à 90 %, les autres stations de Lanas, Lons-le-Saunier, Saint-Étienne, Lyon, Thonon et Dijon sont comprises entre 80 et 90 %. L'ensoleillement a été peu généreux sur l'ensemble de la région. Le déficit est souvent supérieur à 10 %.■


Camille Peyrache