Publié le 09/05/2018 à 00:00 / Jura Agricole

Machinisme

Un seul chauffeur et un seul tracteur pour réaliser deux opérations ! Une combinaison qui favorise également la qualité du fourrage en enrubannant la balle sitôt pressée.

Le combiné presse-enrubanneuse optimise les chantiers

« Le premier avantage des combinés presses-enrubanneuses est qualitatif, souligne Jean-Eudes Simon, de Centradis, importateur de McHale. Plus on attend entre le pressage et l'enrubannage, plus la balle a le temps de se déformer, de se détendre et d'emprisonner de l'air. Cet air retarde la mise en fermentation et dégrade la qualité du fourrage. » Ceci est d'autant plus vrai lorsque le fourrage est sec. La qualité du filet entre également en jeu, certaines marques s'étirant plus que d'autres. Autre argument qualitatif en faveur de la presse-enrubanneuse, « Certains pressent du fourrage vert avec des machines qui ne sont pas forcément adaptées à l'enrubannage, ce qui pose des problèmes de serrage, donc de conservation », poursuit Jean-Eudes Simon. « Enrubanner aussitôt évite aussi que le fourrage ne sèche trop, ou qu'il ne pleuve dessus, l'humidité pouvant engendrer du pourrissement et donc des butyriques », ajoute Régis Jouault, de Lely. Néanmoins, en chantier décomposé, si l'enrubanneuse suit de près la presse, les différences qualitatives sont minimes. L'argument principal du combiné est alors logistique. Un seul chauffeur et un seul tracteur assurent les deux prestations. Même si le tracteur doit être plus puissant – compter 150 à 170 chevaux minimum selon le relief – les coûts de traction et de carburant restent moindres qu'avec deux tracteurs plus petits.

En revanche, le coût d'achat du combiné presse-enrubanneuse reste plus élevé. Selon les marques et les équipements, un combiné à chambre fixe est annoncé au catalogue entre 75 000 et 90 000 euros (85 000 à 100 000 euros pour une version à chambre variable), tandis qu'un couple presse et enrubanneuse séparées à caractéristiques comparables oscille entre 50 000 et 70 000 euros. Le surcoût se justifie donc sur un important volume de balles enrubannées, à savoir 10 000 à 15 000 bottes dans l'année.

 

Mobiliser moins de tracteurs et moins de chauffeurs

 

Autre limite : le niveau de technicité. Les combinés presses-enrubanneuses sont relativement complexes. « Il faut un chauffeur qualifié pour conduire cet engin, explique Jean-Marie Roos, de Kuhn, à la différence d'une presse ou d'une enrubanneuse simples, dont l'utilisation est assez rapide à maîtriser. C'est pourquoi on rencontre quasi exclusivement ces combinés dans des ETA, voire des Cuma avec chauffeur ou des grosses exploitations. »
D'autres solutions existent sur le marché pour minimiser le nombre de tracteurs et de chauffeurs. C'est le cas notamment de la presse iBio de Kuhn. Celle-ci réalise successivement le pressage et l'enrubannage au sein de la chambre. Compacte (4,50 mètres de long, contre 5,80 à 7,60 mètres pour des combinés classiques), cette machine à chambre fixe annoncée à 75 500 euros au catalogue est également plus légère (3,75 tonnes, contre 6 à 7 tonnes), raison pour laquelle elle est particulièrement appréciée en régions montagneuses. « Même si elle ne presse pas pendant qu'elle enrubanne, elle peut atteindre, dans les meilleures conditions, des rendements comparables aux combinés classiques (45 à 55 bottes par heure), explique Jean-Marie Roos. Pendant la phase de transfert de balle sur un combiné classique, l'iBio a déjà réalisé les deux tiers de l'enrubannage, puisqu'il n'y a pas de transfert. » Cette machine s'adresse aux entrepreneurs et grosses exploitations réalisant plus de 5 000 bottes par an. Tracter une enrubanneuse derrière une simple presse constitue également une alternative aux presses-enrubanneuses. Elle reste peu prisée, reconnaît Pierre Payré, de Göweil. Le rendement horaire est moins important, du fait des temps d'éjection et de reprise. » De plus, l'ensemble est long et peu maniable.

 

Chambre fixe et chambre variable se disputent le marché

 

Historiquement, les premiers combinés presses-enrubanneuses étaient dotés de chambre fixe. Puis sont arrivés les premiers modèles à chambre variable. Légèrement plus coûteux, ces derniers présentent l'avantage de pouvoir serrer davantage le noyau et de réaliser des bottes plus grosses (jusqu'à 2,05 m sans enrubanner, 1,85 m de diamètre en enrubanné). Ces machines jouent également la carte de la polyvalence en pressant avec densité du fourrage sec ou de la paille, la plateforme d'enrubannage pouvant alors servir de groupeur de balles. « Cette polyvalence a fait progresser les ventes de combinés à chambre variable au point de talonner ces dernières années les modèles à chambre fixe, annonce Jean-Marie Roos. Plus récemment, cette tendance s'est un peu inversée. » En effet, pour bon nombre de constructeurs, presser du sec avec un combiné n'est pas la solution la plus économique. « Autant acheter une presse à chambre variable à côté et rentabiliser les outils sur une plus longue période, explique Pierre Payré. Ce n'est pas la plateforme d'enrubannage qui use le plus vite, mais bien la presse. Preuve en est, certains de nos clients entrepreneurs, qui ont investi dans notre plateforme d'enrubannage sur laquelle on greffe une presse, en sont à leur huitième presse sur le même châssis. Alors, autant valoriser au mieux le combiné en ne lui faisant faire que du vert. »

Le pressage en continu augmente le débit de chantier

Quant au débit de chantier actuel des combinés (55 à 60 balles par heure), il risque de progresser rapidement avec l'arrivée sur le marché de machines à pressage en continu. Avec l'Ultima, une presse-enrubanneuse à chambre semi-variable doté d'un canal d'alimentation servant de tampon, Krone annonce des débits de chantier accrus de 50 %. De son côté, Kverneland dévoilait l'an dernier la FastBale, un combiné à double chambre fixe.