Publié le 28/05/2018 à 00:00 / Jura Agricole

EDITORIAL



Les sentinelles de la nature, un Etat dans l'Etat ?

Le réseau France nature environnement (FNE) vient de lancer une nouvelle application qui permet à chacun de signaler les atteintes à l'environnement qu'il pourrait constater. Sous couvert de son statut de lanceur d'alerte, FNE met aujourd'hui à disposition de qui veut bien les utiliser, des outils de dénonciation et de délation car c'est bien de cela dont il s'agit ! Naïvement, je pensais ce type de pratiques révolues : manifestement certains n'ont pas retenus les leçons de l'histoire. Le rêve de pouvoir juger sans savoir, de pouvoir condamner avant même d'avoir pu se défendre est toujours bien présent dans la tête de ces nouvelles brigades, vertes cette fois.
Dans un contexte de plus en plus clivé entre l'agriculture conventionnelle et des consommateurs victimes d'une manipulation médiatique permanente, je n'ose même pas imaginer ce que l'utilisation de cet outil va pouvoir donner. Que va-t-il se passer lorsqu'un agriculteur va sortir son pulvérisateur ? Va-t-on voir se généraliser ce qui s'est passé dernièrement dans les Hauts de France où un agriculteur s'est vu bloqué par ses propres voisins pour pénétrer dans son champ ? Que va-t-il se passer lorsque des travaux de drainage vont être constatés, quand nous allons faire du feu, quand nous allons entretenir les haies ? Va-t-il falloir travailler la nuit alors que nous faisons notre travail en toute légalité ?
A l'heure où le moindre évènement est mis en ligne quasi instantanément sur les réseaux sociaux, ce ne sont plus les juridictions officielles qui jugeront d'éventuelles atteintes à l'environnement mais le tribunal médiatique . France nature environnement a osé l'impensable il y a encore quelques années et je suis stupéfait que ce type de démarche n'inquiète personne, même au plus haut sommet de l'Etat. A croire que les parlementaires n'avaient pas conscience de la portée de leur vote et si ils en étaient conscients, c'est encore plus grave que ce que je croyais ! En une photo et un clic, n'importe qui va pourvoir dénoncer en toute impunité, sans même risquer d'être inquiété, que le motif de sa dénonciation soit juste ou non.
Pourtant, il y a quelques semaines, cette même organisation, France nature environnement, apportait adroitement son soutien aux zadistes de Notre-Dame-des-Landes pour dénoncer l'intervention des forces de l'ordre, alors que la ZAD ressemble davantage à une décharge publique qu'à un nid de biodiversité.
Les agriculteurs français n'ont pas à rougir du travail qu'ils mènent en faveur de l'environnement. Les pratiques évoluent sans cesse et continueront d'évoluer mais si le cadre réglementaire n'est pas respecté, c'est aux corps de contrôle de l'Etat de faire respecter la loi, pas à des militants associatifs !

 

Marcel Marguet,
président de la commission Environnement de la FDSEA du Jura