Publié le 11/06/2018 à 00:00 / Jura Agricole

Conférence agricole régionale

Chaque année l'Observatoire prospectif de l'agriculture (OPAB) apporte au travers de ses travaux, une vision fine et prospective de l'agriculture régionale. Il contribue ainsi à l'élaboration de la stratégie régionale. Les enseignements de l'année 2017 ouvrent de nouveaux champs de réflexion et d'action qui ont été détaillés lors de la Conférence agricole régionale, qui s'est déroulée à Dijon le 4 juin dernier dans les locaux du conseil régional.

Un diagnostic qui ouvre des perspectives aux agriculteurs

Pas question cette année 2018 de s'attarder sur le constat 2017. Le passé n'a d'intérêt que par les enseignements que l'on en tire. Et de ce point de vue, la démonstration est faite qu'il ne suffit pas de réaliser une bonne année sur le plan technique pour renverser la table sur le plan économique. 2017 s'affirme comme une bonne année au plan technique (sauf pour le Chablis et le Jura fortement impactés par le gel), mais cela ne suffit pas à combler le déficit de 2016 dans nombre de filières. Dans la filière bovine la reconstitution des stocks fourragers est arrivée à point après deux mauvaises campagnes fourragères et pour alléger les achats de compléments. Mais les résultats économiques restent en deçà du nécessaire dans certaines filières, avec des marchés toujours marqués par une forte volatilité et des déséquilibres (forts contrastes de prix entre les bovins maigres et JB d'une part et les femelles finies de l'autre, où les prix dégringolent). Les charges restent élevées partout et le coût des intrants repart à la hausse.

 

Trop de dispersion des résultats entre systèmes comparables


Si les résultats s'améliorent par rapport à 2016, la progression de 2017 ne suffit pas en général à « boucher les trous » de l'année passée. La situation financière comme les trésoreries, reste tendue pour nombre d'exploitations. Ce constat et l'analyse des chiffres conduite par les services de la chambre et les personnels de CerFrance amènent cependant à pousser la réflexion un peu loin, car cette année encore, la forte dispersion des résultats reste une tendance forte. Les écarts de performance économique sont même qualifiés de « considérables », avec un écart moyen sur 6 ans entre le quart inférieur et le quart supérieur de 30 000 euros ! A potentiel agricole identique, celà révèle des marges de manoeuvre certaines sur le plan de l'optimisation du système d'exploitation et de l'efficience économique. En clair, « avant de modifier profondément son système d'exploitation », on peut à peu de frais actionner certains leviers. François Masuard de CerFrance relève ainsi que les gains de productivité réalisés ces dernières années sont la plupart du temps la résultante « d'une injection massive de capital et d'intrants ». Cette stratégie et ce modèle ne sont « plus adaptés à l'évolution du contexte actuel». La recherche d'une meilleure efficience économique passe plutôt le fait de « produire plus avec autant » ou de « produire autant avec moins ».

 

Le « retour vers le futur » de la polyculture-élevage


Autre piste d'amélioration de la résilience : mettre en place ou retrouver des synergies entre productions végétales et productions animales. La réflexion est en cours alors que les systèmes trop spécialisés montrent leurs limites. Marie-Sophie Petit, ingénieure à la chambre régionale d'agriculture observe que la polyculture-élevage est un système vertueux en termes agronomiques, avec de bonnes performances économiques et environnementales. Au 21ème siècle il ne s'agit pas de demander à tous les producteurs de grandes cultures de se faire éleveurs, mais il faut trouver de nouvelles synergies à l'échelle d'un territoire entre l'élevage et les cultures. Tout reste à inventer pour négocier au mieux le virage d'un « retour vers le futur » de la polyculture-élevage... Les systèmes mixtes bénéficient d'ailleurs d'une capacité supérieure à amortir les chocs économiques, les amplitudes sont moins fortes, ce qui préserve la santé financière de la structure et la résistance mentale des agriculteurs soumis à des rudes tensions, dans un environnement de plus en plus imprévisible.
La performance et la résilience des exploitations va nécessiter de répenser les systèmes existants et l'organisation du travail, de mettre en cohérence des actions et des évolutions aux plans local et territorial. Pour s'adapter à ce nouveau monde, il faudra bien trouver les moyens de rebondir, quitte comme cela a été dit lors de la table ronde, « à aller chercher les recettes du succès chez ceux qui réussissent ». Certaines recettes sont à portée de main, elles consistent à compenser les incertitudes de la production en « dépensant moins », à « mettre en cohérence le système de production avec le potentiel des sols », à « optimiser et mutualiser les moyens de production » et surtout à « ne se fermer aucune porte de valorisation non alimentaire ».


AMK

 

La technique et l'économique ne font pas tout... Attention à l'humain


Les agriculteurs se sentent de plus en plus mal dans leurs bottes, le mal-être ressenti et exprimé n'a pas qu'une cause économique ou conjoncturelle. L'épuisement mental guette quand le contexte économique n'assure plus la subsistance, déséquilibre la famille et que l'isolement professionnel mine. Ajouter à celà un certain acharnement médiatique contre la profession et ses pratiques, une méfiance grandissante sur la nature même de notre alimentation... et l'on obtient une potion amère difficile à avaler pour des agriculteurs déjà fragilisés sur leurs bases économiques et professionnelles. Tous les dispositifs d'aide qui peuvent amener plus de sécurisation des systèmes sont donc bons à prendre, mais encore faut-il qu'ils soient lisibles et facilement accessibles. Les supports collectifs permettent aussi de renforcer le sentiment d'appartenance à un groupe, à une organisation, ils favorisent l'entraide et la résolution des problèmes. La reconquête de l'estime de soi et de son métier passe également par la reprise en main de son avenir et l'intégration du fait que c'est l'homme au coeur du système qui est le plus à même de trouver les solutions qui lui conviennent, le conseil extérieur indispensable à la prise de recul facilite cette reprise en main, mais ne peut pas s'y substituer.
Les audits : un premier bilan satisfaisant
Mis en place à la suite de la crise de 2016, les audits d'exploitation se sont déployés un peu partout en Bourgogne-Franche-Comté ; la Saône-et-Loire et le Doubs, s'affirmant comme les départements les plus dynamiques en terme de demandes. Ce premier bilan révèle cependant quelques failles dans un dispositif qui ne permet pas à l'heure actuelle de répondre à toutes les demandes rapidement. Les délais de traitement restent longs (jusqu'à 10 mois), mais la démarche a fait la preuve de son efficacité. La Région comme la chambre régionale d'agriculture tiennent à rappeler que ces audits sont accessibles à tous les agriculteurs et encore plus à ceux qui sont en phase de réflexion par rapport à l'évolution de leur système d'exploitation. L'audit permet « de redonner de la sérénité aux agriculteurs, afin qu'ils puissent réfléchir eux-mêmes à leur avenir ». Une agricultrice « auditée » a ainsi témoigné « l'audit m'a permis de poser les choses et de voir tout le champ des possibles qui m'étaient offerts ». Pour Marie-Guite Dufay, présidente de la Région BFC, l'audit « est une clé pour agir quand on est au poste de commande », ce qui justifie que « le suivi des audits sera assuré » et que la « démarche sera pérennisée ».