Publié le 22/06/2015 à 00:00 / Jura Agricole

AGRO MÉTÉO

Le printemps météorologique vient de se terminer avec la fin du mois de mai. Il a fait légèrement plus chaud sur le quart Sud-Est avec un excédent de 0,9 à 1,2 degré par rapport à la normale. Les précipitations sont en revanche plus faibles que la normale notamment au cours du mois de mai.

De bonnes conditions climatiques au mois de mai

Le printemps 2015 a été marqué par des conditions anticycloniques généralisées favorisant un temps dégagé. Les passages dépressionnaires n'ont été que temporaires. Aussi, sur les trois mois du printemps, la France affiche un déficit de 26 % de précipitations.
Dans le quart Sud-Est, sur les régions Rhône-Alpes, Bourgogne et Franche-Comté, les cumuls du printemps sont globalement déficitaires, notamment suite au mois de mai. En effet, en dehors de l'arc alpin et du Jura où les excédents de pluie vont de 17 à 85 % par rapport à la normale, toutes les autres stations météorologiques affichent un déficit de précipitations au mois de mai. C'est le Sud Rhône-Alpes qui souffre le plus du manque de pluie. En mai, il n'est tombé que quatre petits millimètres à Lanas et quatorze à Montélimar, soit un déficit de 95 % dans le Sud Ardèche et de 85 % dans le Sud Drôme.

Plus haut sur l'axe Saône-Rhône, les déficits de précipitations sont plus faibles de 45 % à Saint-Étienne et Les Sauvages et autour de 35 % à Lyon Saint-Exupéry, Mâcon et Dijon. Il ne manque
que 15 % des pluies par rapport à la normale à Ambérieu. À l'échelle de la France, le mois de mai affiche un déficit de précipitations de 42 %. Depuis le début du printemps, les pluies sont majoritairement déficitaires sur le quart Sud-Est de 15 à 30 % en fonction des territoires.


Des températures légèrement plus élevées


Du côté des températures, c'est le mois d'avril qui affiche l'excédent de températures le plus élevé du printemps avec 1,5 °C de plus que la normale, suivi du mois de mai avec + 0,5 °C et mars avec + 0,4 °C. En mai, les températures en base 8 °C ont été également largement supérieures à la normale jusqu'à 15 %à Lanas, souvent entre 4 et 8 % ailleurs.
Seules les stations de Lons-le-Saunier et Bourg-Saint-Maurice affichent des températures légèrement inférieures aux normales saisonnières. Plusieurs records de chaleur ont été battus à la mi-mai avec notamment 33,7 °C à SaintÉtienne(Loire) et 34,3 °C à St-Chamond (42). En toute logique, avec des températures légèrement plus élevées et des précipitations plus faibles que la normale, les coefficients d'évapotranspiration sont supérieurs à la normale de 5 à 15 % en fonction des zones. Dans le Nord de la zone, à Dijon et Ambérieu, l'excédent est de respectivement de 4 à 9 %. À Mâcon, l'excédent atteint 12 %. C'est à Montélimar que l'ETP est le plus élevé par rapport à l'ETP moyen de 18 % supérieur.


Un printemps favorable aux cultures


On le voit la météo du printemps 2015 a été très propice pour le développement des cultures. Pour les grandes cultures, à la fin mai, la floraison des céréales à paille est bien engagée sur une majorité de parcelles, indique le bulletin de santé du végétal grandes cultures n°16 du 28 mai de Rhône-Alpes. «L'ensemble des parcelles du réseau observé cette semaine a désormais atteint la floraison voire largement dépassé. Une petite moitié se situe à fin floraison et près de 40 % ont commencé la formation du grain.» Pour le maïs, le stade 7 feuilles a été dépassé par 90 % des parcelles suivies par le réseau de surveillance du BSV. Les premiers tours d'eau en maïs ont déjà commencé dans la région Rhône-Alpes.

Dans les vignobles du quart Sud-Est, le fait remarquable de la campagne est la forte présence du black-rot dans les vignobles du Sud-Ardèche, du Beaujolais et de la Savoie. Le mildiou
et l'oïdium restent contenus grâce à des conditions climatiques favorables.