Publié le 11/02/2016 à 00:00 / Jura Agricole

METEO

Si le mois de janvier est resté très doux, d’importantes pluies ont touché la zone Sud-Est Centre, sur les régions Rhône-Alpes, Bourgogne et le Jura.

De la douceur et de la pluie

Le mois de janvier 2016 reste dans la continuité des mois précédents en termes de douceur. Les températures sont restées douces pour la saison avec des cumuls en base 0°C supérieurs à la normale de 20 à 80 %. Les cumuls de températures en base 8 °C sont encore plus parlants. Certaines stations météorologiques ont enregistré deux à trois fois la normale. Chambéry, Grenoble, Lyon St-Éxupéry, Montélimar ont ainsi enregistré 2,5 fois plus de degrés supérieurs à 8 °C. Seule la station des Sauvages enregistre un cumul supérieur, avec 3,2 fois plus de degrés supérieurs à 8 °C. Mâcon et Thonon sont les seules stations qui enregistrent un cumul égal à la normale.


Des précipitations importantes


Du côté des précipitations, il a beaucoup plu sur la totalité des stations météorologiques en dehors du sud de la région Rhône-Alpes, à Lanas et à Montélimar. À Saint-Étienne, la normale a juste été atteinte avec 33,3 mm. Partout ailleurs, les cumuls sont très largement au-dessus de la normale. L'arc alpin a été plutôt bien arrosé, notamment à Thonon-les-Bains (+ 136 %), Bourg-Saint-Maurice (+ 114,5 %), à Chambéry (+ 64,5 %) et à Grenoble (+ 32 %). L'axe Saône Rhône a également connu des épisodes pluvieux importants permettant d'accumuler les millimètres. Dijon enregistre un cumul de précipitations 50 % supérieur à la normale, Mâcon a reçu + 91 % de pluies et Lyon affiche + 26,6 %. Sur la partie est de Rhône-Alpes et dans le Jura, à Ambérieu et Lons-le-Saunier, les précipitations atteignent +50 %.


Le remplissage des nappes commence à peine


Depuis septembre, les cumuls de précipitations sont plutôt déficitaires car les précipitations de novembre et décembre ont été plutôt faibles. Les Sauvages et Saint-Étienne accusent un retard de
25 % de précipitations depuis septembre 2015. Lons-le-Saunier, Lanas et Grenoble affichent un retard de 8 à 12%. C'est moins marqué à Dijon et Ambérieu, avec un retard de 5 à 6 %. Seules
les stations de Mâcon, Thonon-les-Bains, Bourg-Saint-Maurice et Chambéry cumulent plus de pluies que la normale avec des excédents de 8 à 17 %.
Montélimar et Lyon sont les stations conforment à la normale. Malgré ces déficits, la dernière note du bureau de recherche géologique et minier (BRGM) qui a dévoilé le niveau des nappes au
1er janvier 2016 est plutôt positive sur notre région. À l'échelle nationale, le niveau des nappes est hétérogène d'une région à l'autre. La plus grande partie des réservoirs (55 %) affiche un niveau inférieur à la normale. La situation traduit, sur la plus grande partie du territoire, une période de recharge hivernale des nappes déficitaire, ce qui est assez exceptionnel à cette période de
l'année. « Tout le Sud, l'Ouest et le Nord-Est de la France présentent des niveaux inférieurs à la normale en lien avec un déficit pluviométrique marqué, précise la note du BRGM. Ailleurs, plusieurs secteurs présentent tout de même des niveaux normaux comme dans la vallée du Rhône et dans une grande partie du Bassin parisien. » Les aquifères de la vallée du Rhône ont des taux de remplissage proches de la normale. Les pluies efficaces de fin d'année marquent le début de la période de recharge d'où « une tendance d'évolution plutôt favorable des nappes », anticipe le BRGM.
Le nombre de points en hausse (1/3 des points) tend certes à augmenter mais de manière très lente. Le nombre de points qui affichent une tendance à la baisse (38 %) a légèrement diminué par rapport à début novembre (44 %). Le nombre de points stables (29 %) a peu varié. Cette situation n'est pas très habituelle pour cette période hivernale. On devrait en effet déjà observer une recharge nette, ce qui n'est pas le cas à cause du déficit pluviométrique. 


Camille Peyrache