Publié le 17/02/2016 à 00:00 / Jura Agricole

COOPERATIVE APICOLE

La coopérative apicole du Jura est arrivée à un moment clé de son développement. Mais pour poursuivre la marche en avant qui est la sienne depuis quelques années, elle doit investir. Et en particulier dans une surface de stockage supplémentaire sur son site de la zone industrielle de Perrigny, véritable base d'approvisionnement pour le site jurassien et pour les sept dépôts que la coopérative a ouvert dans les départements voisins...

La coopérative apicole poursuit son chemin

La coopérative apicole du Jura a choisi d'investir sur le long terme. Et, arrivée à un « moment clé » de son développement, elle a, par la voix de son président qui animait la dernière assemblée générale, lancé un appel à ses adhérents via l'émission de titres participatifs. «C'est une souscription libre, a expliqué Alain Bonvalot, un placement sur sept ans, avec des intérêts de 2 à 2,6% bruts, dont une part est liée aux résultats de la coopérative.... Un bon placement et un acte militant qui permettra aux responsables de se trouver en meilleure position au moment de négocier le financement des prochains investissements avec leurs « partenaires financiers »...»

Des investissements rendus nécessaires par l'extension de l'activité de la coopérative. Gérald Parra, le directeur, rappelle que cette coopérative est passée du 15ème au 5ème rang des distributeurs nationaux en quelque 17 années. Son activité a été multipliée par 11, ses effectifs en personnel par 6 et 11 succursales ont été ouvertes.
C'est un niveau de développement important, et il faut, pour répondre à la demande et en particulier à celle des dépôts, que le site de Lons-le-Saunier bénéficie d'une surface de stockage supplémentaire. Un premier bâtiment voisin a été acheté il y a quelques années. Et il faut aujourd'hui réaliser une jonction de 600 m2 entre les deux bâtiments de stockage actuellement utilisés. D'où cet appel aux adhérents investisseurs...
Dans le même temps, la coopérative s'est rapprochée de la coopérative Bourgogne du Sud avec qui un partenariat a été tissé. Distribution de matériels, mais surtout rapprochement entre leurs adhérents respectifs. Pour encourager les agriculteurs et les apiculteurs à travailler ensemble, des binômes sont créés dans chaque canton. Une formule qui facilite les relations et permet à chacun de chercher les meilleures conditions... «Tout en sachant que ce n'est qu'au niveau national que le problème de l'utilisation des phytosanitaires sera résolu...» a rappelé Gérald Parra.

 

L'occupation du territoire

 

Avant des parler de toutes ces questions ayant trait au développement de la coopérative, le bilan de l'année ,écoulée a été présenté par Alain Bonvalot. Une année différente de la précédente... avec une forte pluviométrie au mois d'avril et un essaimage de printemps faible... Et ce qui n'a pas été vendu au printemps, n'a pas été vendu plus tard ! ». D'où une baisse du chiffre d'affaires à 2 043 000 euros (- 7%) et un résultats net comptablme qui dépasse malgré tout les 60 000 euros. Soucieuse d'être toujours plus proche de ses adhérents, la CAJ développe son activité au delà du seul département du Jura, via les sept dépôts qu'elle approvisionne dans les départements voisins : Villersexel (Haute-Saône), Roulans (Doubs), Pouilly-en-Auxois (Côte d'Or), Saint-Nabord (Vosges), Saint-Etienne-du-Bois (Ain), Sochaux (Doubs), Henrichemont (Cher). Ces dépôts sont les ambassadeurs de la coopérative sur ces secteurs, et le président n'a pas manqué d'en remercier les responsables...
Le thème de l'assemblée sur la miellée de sapin n'ayant pas été développé suite à la défaillance de l'intervenant, les adhérents ont eu droit à une projection de films sur l'apiculture en conclusion de cette assemblée générale.

 

Michel Ravet
 
 

L'activité en chiffres

La distribution en jardineries se fait par l'intermédiaire de la filiale Apijura. L'activité a été multipliée par deux en 20154. 144 jardineries sont aujourd'hui livrées.
329 : c'est le nombre d'adhérents en 2015. Ils était 414 l'année précédente.
2 043 934 euros : c'est le chiffre d'affaires de 2015. En baisse de 7%.
L'ouverture de deux nouveaux dépôts a fait augmenter les charges de fonctionnement de 19%
61 464 euros : c'est le résultat de l'exercice (127 919 en 2014). 802 000 euros : le montant des fonds propres.
16% : c'est la part de l'activité jardinerie dans le chiffre d'affaires.
26 mars : la date des portes ouvertes à Lons-le-Saunier, réservées aux apiculteurs amateurs (de 9 h à 17 h)
Première quinzaine de mars : promotions dans les dépôts
6 séances de formation des nouveaux apiculteurs dans le cadre du rucher-école qui a réuni une soixantaine de stagiaires autour des 8 animateurs bénévoles. Une séance spécifique a été consacrée à la fabrication de l'hydromel.
300 essaims ont été vendus et fournis par des professionnels coopérateurs. C'est cela aussi l'esprit coopératif !