Publié le 13/12/2016 à 00:00 / Jura Agricole

MACHINISME

Portée par l'évolution des moteurs, la puissance des tracteurs quatre cylindres ne cesse de progresser. Avec des gabarits en hausse, ils grignotent la place des six cylindres sur le segment des 120 à 160 chevaux.

 Les gros quatre cylindres montent en puissance

La course à la puissance est lancée pour le segment des tracteurs équipés d'un moteur 4 cylindres. Un nouveau seuil vient d'ailleurs d'être atteint par Massey Ferguson avec son 6718 dont la puissance boostée culmine à 200 chevaux. Le traditionnel 6 cylindres de 140 à 160 chevaux, tracteur de tête sur les exploitations de polyculture élevage ou second tracteur en grandes cultures, ne sera bientôt plus qu'un souvenir... Mais le passage au quatre cylindres fait encore face à des a priori très marqués et à une impression de retour en arrière. Pourtant, sur une exploitation de polyculture élevage, revenir à un tracteur de tête quatre cylindres permet de rentabiliser ce dernier sur un plus grand nombre d'heures. Et en grandes cultures, le second tracteur est rarement dédié aux travaux lourds. Argument principal des nouveaux quatre cylindres, l'évolution technologique liée aux normes Tier 4i et Tier 4f a largement fait progresser les performances des moteurs, en permettant une augmentation de la puissance et du couple, tout en élargissant la plage d'utilisation. Les courbes se rapprochent ainsi de celles des six cylindres. Il devient possible de travailler à régime réduit, sans prendre le risque de voir le moteur s'effondrer à la moindre sollicitation.

 

Des équipements similaires aux six cylindres

 

La plupart des comparatifs entre modèles quatre et six cylindres de même puissance se soldent par un avantage en faveur du quatre cylindres en termes de consommation de carburant, au transport, à la prise de force et pour le travail du sol superficiel. Le tracteur six cylindres ne semble conserver un avantage que pour les travaux lourds du fait de son gabarit. Mais cet avantage tend à se réduire avec l'apparition de gammes quatre cylindres de gros gabarit, dont le poids dépasse les 6 tonnes et l'empattement les 2,60 mètres. Des valeurs identiques à des « petits six cylindres » d'anciennes générations. Le tracteur quatre cylindres a progressé dans d'autres domaines. Un circuit hydraulique load sensing avec un débit supérieur à 100 l/min équipe couramment les gros quatre cylindres, souvent de série ou à coup sûr en option. Ces tracteurs sont proposés dans des finitions haut de gamme équivalentes à celles des six cylindres avec lesquelles ils partagent la même cabine. Distributeurs électrohydrauliques, automatismes de bout de champs, cabine et pont suspendus font partie de la dotation de base. En quelques années, la plupart des tractoristes ont équipé leurs gros quatre cylindres d'une transmission à variation continue. Dernier aspect et non des moindres, à puissance égale, le quatre cylindres est moins cher que le six cylindres. Cet écart tarifaire, parfois faible quand les deux tracteurs partagent les mêmes composants à l'exception du moteur, permet de choisir un tracteur mieux équipé à moindre coût.

 

Michel Portier