Publié le 07/04/2017 à 00:00 / Jura Agricole

Congrès FNSEA 2017

Isabelle Bailly et Cédric Bongain participaient pour la première fois à un congrès de la FNSEA. A leur retour de Brest, ils témoignent...

La première de deux Jurassiens

Pour la première fois, vous avez fait partie de la délégation jurassienne qui s'est rendue au congrès de la FNSEA qui a eu lieu à Brest. Qu'est-ce qui vous a marqué ?
Cédric Bongain : Ce qui m'a marqué c'est les hommages qui ont été fait pour Xavier Beulin. Tout le travail mené par Xavier Beulin durant le mandat, comme l'obtention des baisses de cotisations sociales de 10 points par exemple, n'a pas été remis en cause du tout. La FNSEA reste toujours sur la même ligne qui est vraiment tracée droite. Je trouve que le réseau est encore bien plus soudé suite à ce malheureux évènement avec le revenu des agriculteurs comme objectif. Je retiens également la probable élection de Christiane Lambert que l'on soutien à 200%. Une femme à la tête de la FNSEA, au-delà de ses compétences, cela fera sûrement du bien pour l'image de l'agriculture et de la FNSEA dans les médias.
Isabelle Bailly : Ce que j'ai aimé aussi, c'est le bon état d'esprit et puis la qualité des débats. En allant à ce congrès on est au courant de tout ce qu'il se passe dans les régions où toutes les productions ont leurs problématiques. Quelques-uns ont fait état de ce qu'il se passait en bien aussi. A titre personnel je trouve cela très enrichissant, cela regonfle un peu les batteries car on voit l'importance du réseau et la qualité des hommes des femmes qui s'y investissent et surtout ce que cela apporte à nos campagnes.


Un long débat a eu lieu durant ce congrès sur l'Europe. Qu'en retenez-vous ?
Cédric Bongain : Sur l'Europe, on est tous assez d'accord que l'on doit travailler avec l'Europe, car on n'a pas bien le choix : qui peut se passer des aides de la PAC ? La FNSEA milite pour une véritable harmonisation sociale, fiscale et environnementale des règles européennes. Je pense qu'il faut dans ce cadre, faire sauter en priorité les normes franco-françaises qui ne sont plus supportables aujourd'hui. Si l'on arrivait à le faire, cela serait une énorme avancée.
Isabelle Bailly : Les débats étaient bien menés, bien construits et en plus c'était assez clair pour que tout le monde puisse saisir les enjeux. J'en retiens qu'il faut suivre l'idée qu'il faut rester dans l'Europe et chercher à l'améliorer avec un véritable projet agricole qui permette de sauver durablement les agriculteurs et de fortifier les exploitations et les filières.


Sept candidats à la Présidentielle 2017 sont venus devant les congressistes et le conseil de l'agriculture française pour exposer leur programme agricole. Qu'en retenez-vous ?
Isabelle Bailly : Ce n'est pas plus facile de se faire une idée sur un candidat précis après qu'avant. Deux candidats ont eu un discours un peu plus à la portée de ce que l'on attendait. Mais en tout cas, réunir autant de candidats à moins d'un mois du premier tour de l'élection présidentielle démontre la force du réseau FNSEA.
Cédric Bongain : Effectivement, ce n'est pas encore facile de choisir d'un point vu strictement agricole même s'il faudra bien que les agriculteurs se mobilisent dans les urnes pour faire entendre leur voix. Sur la forme et le fond, ce sont les deux anciens ministres qui m'ont fait la meilleure impression mais ce n'est qu'une belle prestation ! Il y en a même un qui a repris dans son discours des propositions de Xavier Beulin, donc on ne peut qu'applaudir, mais est-ce que cela va suivre dans les actes ? On voit bien ce qu'il se passe souvent après les promesses...