Publié le 21/04/2015 à 00:00 / Jura Agricole

PETITE-MONTAGNE

Le livre – DVD « Mémoires de tourneurs » raconte la belle histoire de la tournerie sur bois et réunit les témoignages des derniers tourneurs de la Petite-Montagne du Jura.

Le savoir-faire des derniers tourneurs

Les Editions de la Petite Montagne ont publié à l'automne dernier un livre consacré à la tournerie et aux tourneurs de la région. « Mémoires de tourneurs » réunit l'histoire ainsi que des témoignages d'une époque où de nombreux artisans étaient présents dans chaque village de la Petite-Montagne du Jura. Un DVD accompagne le livre pour livrer des images des différentes techniques et des collections d'objets créées.

Cette publication qui met en valeur le savoir-faire local issu du talent des tourneurs mais aussi des mécaniciens du pays qui concevaient les machines. Un savoir-faire qui disparaît cependant peu à peu.
Pour célébrer cette sortie, l'Adapemont, l'association pour le développement et l'animation de la Petite-Montagne, a organisé une exposition en salle polyvalente d'Arinthod. De nombreux visiteurs ont fait le déplacement pour assister à de nombreuses démonstrations et témoignages d'anciens tourneurs. Une belle occasion de les rencontrer de les voir à l'œuvre, voire de partager leur passion pour ce travail artisanal élevé au rang d'art à part entière.

Car le tournage est un art dans le travail du bois. Art qui nécessite beaucoup de maîtrise pour obtenir des superbes résultats. Et on peut le voir lors des expositions de pièces tournées, de plus en plus d'amateurs sont intéressés par cet artisanat du bois.

La manipulation des outils de tournage sur bois est simple quand on connait la fonction de chaque outil et de quelle façon on l'utilise. Le tourneur sur bois débutant veut progresser rapidement pour devenir un tourneur aguerri et pouvoir enfin reproduire des pièces qu'il a vu soit dans les expositions, ou dans les livres de tournage sur bois.


L'évolution des techniques


Les techniques ont évolué avec le temps. Aux environs de 1 300 avant JC, les Egyptiens avaient inventé un tour actionné par deux personnes. L'une faisait tourner le bois avec une corde alors que l'autre utilisait un outil coupant pour usiner le bois.
Les Romains ont perfectionné cette technique en y ajoutant un arc dont la corde entraînait la rotation de la pièce à travailler. Cette mise en rotation manuelle a été remplacée par une pédale, au Moyen-Âge. Belle évolution qui permettait alors à l'utilisateur du tour de disposer de ses deux mains !
Il faudra attendre la révolution industrielle, au 19ème siècle pour voir l'apparition de la motorisation du tour. Les objets seront alors réalisés plus rapidement.
Le moteur électrique a permis également d'augmenter les vitesses de rotation, améliorant ainsi notablement la qualité des pièces. Aujourd'hui le tournage sur bois industriel est réalisé par des machines à commandes numériques, permettant la répétitivité et les gains de productivité demandés par la production de pièces en quantité.
Ceci étant, il existe toujours une activité artisanale utilisant des tours conventionnels; activité partagée également par de nombreux amateurs. Les outils de tournage sont principalement réalisés en acier, soit en acier dits « au carbone », soit en acier rapide (HSS). Les aciers au carbone ont généralement une meilleure qualité de coupe, mais ils nécessitent un affûtage beaucoup plus fréquent que ceux réalisés en acier rapide. Sachant que la qualité de l'affûtage est primordiale dans la réalisation des pièces tournées, les aciers rapides sont les plus couramment employés.
Suivant le sens de fibrage du bois et le sens de l'usinage, différents outils peuvent être utilisés.


Coquetiers, œufs, toupies...


En Petite-Montagne, la tournerie sur bois a fait vivre de très nombreuses familles. Elle fut dans les années 1950 à 2000, une activité très prospère, avec un développement constant des entreprises. Depuis une dizaine d'années, les artisans ont disparu, ainsi que le travail de tournerie. Dans la région d'Arinthod, Robert Marichy de Néglia, Meilleur Ouvrier de France, manie encore avec aisance la gouge et le bédane et fait profiter de son savoir de maître tourneur aux touristes de passage. En partenariat avec l'office de tourisme de Clairvaux-les-Lacs et l'Adapemont, des visites sont effectuées dans son atelier. Les spectateurs peuvent admirer l'adresse du tourneur qui réalise au tour à bois manuellement coquetiers, œufs, toupies et autres. Des objets à remporter en souvenir d'un passage dans le Jura.


En vente à l'Adapemont, 16 place de la mairie - 39320 Saint-Julien ou par correspondance 03 84 85 47 91 - adapemont@adapemont.asso.fr
Mémoires de tourneurs 80p + DVD, 9.50€