Publié le 01/08/2018 à 00:00 / Jura Agricole

Sécheresse

Face à la canicule qui touche durement toutes les productions et tous les systèmes de production, la FDSEA du Jura vient d'alerter par courrier, le préfet, la DDT, les conseillers départementaux et régionaux, les OPA du département et le CIGC.

Alerte dans le Jura : la FDSEA mobilisée aux côtés des agriculteurs

La gravité de la situation empirant de jours en jours, notamment pour l'alimentation des animaux, la FDSEA provoquera dans les prochaines semaines un conseil de l'agriculture jurassienne. En attendant, il est demandé à chaque organisme de mettre en œuvre toutes les mesures possibles pour accompagner les exploitations. Le CIGC vient également d'être alerté sur les conséquences à venir de ce nouvel épisode climatique et sur la nécessité d'adapter les pratiques agricoles au changement climatique.

Au niveau des élus des collectivités territoriales, la FDSEA souhaite les alerter sur la nécessité d'avoir des moyens structurels cofinancés pour mieux passer les périodes de sécheresse à l'avenir : création de retenues collinaires, de réserves d'eau, de systèmes d'irrigation, de bâtiments de stockage de fourrages... Sans quoi, des zones d'élevage risquent encore de disparaître et les services d'aménagement du territoire qui y sont liés également.
Enfin, au niveau des pouvoirs publics, la FDSEA est surprise par l'absence de contacts de la préfecture envers la profession pendant la sécheresse actuelle, que ce soit lors de la prise de l'arrêté sécheresse concernant l'irrigation ou d'une manière générale par rapport aux difficultés quotidiennes d'affouragement. La lutte contre l'ambroisie semble être la seule priorité du moment ! La FDSEA a donc écrit au préfet pour qu'il prenne conscience de ces difficultés. Elle lui demande notamment de chercher toutes les possibilités de dérogations collectives et d'assouplissements réglementaires, notamment concernant la Pac avec l'obligation d'implanter des surfaces d'intérêt écologiques (SIE) avant le 13 août ainsi que les couverts dans les zones vulnérables.

Au plan fiscal, la FDSEA va demander une exonération de la TFNB sur le foncier non bâti pour les secteurs les plus touchés.