Publié le 22/08/2018 à 00:00 / Jura Agricole

VIN

Les vendanges ont pu commencer le 14 août dans le Jura pour le crémant et le 20 août pour les vins tranquilles sur toutes les appellations (sauf château-chalon), en raison de la sécheresse de l'été.

Dans le Jura, les vendanges de crémant ont démarré le 14 août

Ces dates ont été présentées lors de la réunion de prévendanges organisée par la société de viticulture le 21 août à Lons-le-Saunier.

Il s'agit de dates particulièrement précoces pour le démarrage des vendanges dans le Jura généralement plutôt fixé début septembre. En 2017, année où les vignes avaient été mises à mal par le gel, les vendanges de crémant avaient été lancées tôt, le 16 août.

 

Maturité hétérogène

 

En fixant un ban des vendanges tôt, les vignerons ont les mains libres pour être au plus près de leur parcelles pour vendanger et vinifier au bon moment.
Les vignes présentent en effet une grande hétérogénéité de maturité, y compris sur un même pied entre les grappes, et au sein même des grappes avec des grains mûrs et d'autres verts.
« En 2015, année un peu similaire, nous avons quand même eu de bons degrés au moment de presser, malgré la différence de maturité », note Jocelyn Broncard du laboratoire départemental.
Marianne Henner, technicienne viti-vinicole, a fait le point sur le bilan sanitaire de l'année 2018 et l'état des vignes en ce début de vendanges.
La réunion a été complétées par quelques informations de la MSA sur le TESA, les formalités d'embauche, l'entraide, le woofing et l'oenotourisme.

 

Stress hydrique

 

"Nous espérons un bon millésime, avec des rendements corrects, de moyens à élevés, même s'il seront moins importants que ce qu'on avait prévu » à cause de la sécheresse de l'été, a indiqué Nicolas Caire, président de la société de viticulture.

De nombreux symptômes de stress hydrique ont été relevés, notamment en Gevingey dans le sud du vignoble. Une visite des secteurs les plus touchés a été réalisée (voir ci-contre) et la DDT se tient prête à activer une cellule d'urgence si les vignerons rencontrent des pertes de fonds (jeunes plants de vigne).

En plus du stress hydrique et de l'hétrogénéité de maturité, le millésime 2018 se caractérise par un bon état sanitaire global, un niveau azoté faible surtout en rouge et des acidités qui se tiennent grâce à un niveau correct en acide tartrique.

 

IP