Publié le 01/07/2019 à 00:00 / Jura Agricole

ACCORD MERCOSUR

Bœuf aux hormones, poulet à l'eau de Javel et soja aux substances interdites : quel sera le projet agricole pour l'Europe ?... La FRSEA de Bourgogne - Franche-Comté s'interroge et communique...

Vendredi noir pour les agriculteurs !

En pleine période de foin, un vendredi noir pour l'agriculture, l'Union Européenne fait les soldes pour son agriculture en signant l'accord de libre-échange avec le Mercosur.

Après 20 ans de discussions, les consommateurs européens vont enfin pouvoir goûter des produits industriels de fermes géantes où l'usage de produits phytosanitaires ou de médicaments vétérinaires interdits en Europe est monnaie courante.
A qui peut-on faire croire que la super passoire européenne ne laissera passer que les produits respectant ses normes ? Bien entendu, « cette montée en gamme » ira discrètement dans un premier temps approvisionner, entre deux repas bio, les cantines de nos écoles, de nos hôpitaux ou de nos maisons de retraite, sans préciser l'origine de ces bons produits de terroirs exotiques.
Ces nouvelles concessions agricoles pour vendre des voitures, des pièces détachées , des produits chimiques, des armes, se font sur le dos de notre modèle agricole.
Comment peut-on imaginer demander à nos productions agricoles régionales de se montrer « compétitives » face à ce genre de concurrence déloyale?
L'incohérence totale entre la politique commerciale européenne et les politiques agricoles sanitaires ou environnementales ne fait pas grandir l'Europe, mais la fragilise.
Les agriculteurs de Bourgogne Franche-Comté, en particulier les éleveurs de viande bovine dont 25 % vivent en dessous du seuil de pauvreté, ne pourront pas résister bien longtemps.

 

Comment peut-on accepter ce marché de dupes ?

 

A l'heure où l'on demande toujours plus aux paysans français en matière de normes et de respect de l'environnement, on ouvrirait à tout va nos portes pour une agriculture industrielle aux pratiques douteuses impactant sérieusement la qualité de notre alimentation et de notre santé ? La FRSEA Bourgogne Franche-Comté dénonce cet accord et se mobilisera pour que ce projet d'accord ne soit pas ratifié par les états membres.