Publié le 24/09/2018 à 00:00 / Jura Agricole

Sécheresse

Le préfet du Jura prend de nouvelles mesures de restriction des usages de l'eau sur l'ensemble du département du Jura

Sécheresse : passage au niveau crise

Depuis plus de 2 mois, le département connaît un déficit pluviométrique couplé à des températures élevées, ce qui est à l'origine d'une situation hydrologique préoccupante avec une faiblesse de l'étiage des rivières. Au niveau régional, plusieurs bassins sont d'ores et déjà passés en niveau « crise ».
La tendance météorologique pour les prochains jours ne laisse pas entrevoir l'arrivée de pluies abondantes permettant de compenser ce déficit en eau.
La sécheresse est un phénomène progressif tributaire de trois principaux facteurs : la pluviométrie, la température et les prélèvements sur la ressource en eau (par le milieu naturel, l'activité de l'homme, etc.). S'il est impossible d'agir sur les deux premiers facteurs, il a été décidé d'agir sur les prélèvements sur la ressource en eau en déclenchant le niveau crise sécheresse.
Face à cette situation, le préfet vient de déclencher le niveau 3 dit niveau de « crise » et pris un nouvel arrêté portant restriction de l'usage de l'eau.
Dans ces conditions, il est demandé à chacun de veiller à une bonne utilisation de l'eau et au respect de la ressource et des milieux aquatiques. Il est important de limiter les quantités d'eau consommées, d'éviter tout gaspillage et de contribuer à la bonne qualité des eaux.
Dans l'ensemble des communes du Jura, il sera donc interdit :
- l'utilisation de l'eau pour le lavage des véhicules même en stations professionnelles, à l'exception des stations équipées d'un système de recyclage complété uniquement par une réserve d'eau de pluie. Cette interdiction ne s'applique pas aux véhicules ayant une obligation réglementaire (véhicules sanitaires ou alimentaires) ou technique (bétonnière,...) et ceux des organismes liés à la sécurité .
- le remplissage des piscines privées existantes d'une capacité supérieure à 2m3 y compris les piscines démontables ; pour les piscines ouvertes au public : les vidanges sont soumises à
autorisation préfectorale ;
- l'arrosage des pelouses, des espaces verts publics et privés, des jardins d'agrément,
Reste autorisé de 20h00 à 8h00, en dehors des prélèvements en cours d'eau et nappes d'accompagnement, l'arrosage des jardins potagers. Il importe toutefois de veiller à ce que les arrosages soient limités aux stricts besoins des plantes.
- l'arrosage des terrains de sport et des terrains de golf , y compris des greens et des stades
- le nettoyage des pistes d'athlétisme, des tribunes et des équipements de loisirs (sauf impératif sanitaire) ;
- le lavage des voiries, sauf impératif sanitaire, et au moyen de balayeuses laveuses automatiques ;
- le lavage des terrasses, toitures et façades (sauf à l'occasion de travaux, et sauf dérogation
pour des raisons sanitaires) ;
- l'arrosage des pistes de chantiers est limité au strict nécessaire pour des raisons de santé publique ;
- l'utilisation des fontaines publiques qui doivent être fermées lorsque cela est techniquement possible ;
Il est à souligner que :
- en matière de gestion du réseau d'eau potable, le lavage des réservoirs d'eau potable et les purges des réseaux, sauf dérogation sanitaire, ainsi que les essais de débit sur poteaux incendie, sauf nécessité de service sont interdits ;
- en matière de gestion des systèmes d'assainissement, les opérations de maintenance pouvant entraîner une dégradation du niveau de rejet, dont il faut prévoir le report sauf si elles sont
indispensables au bon fonctionnement du système d'assainissement et après accord du service de police de l'eau.
Les industries doivent appliquer le niveau 3 (maximal) de leur plan d'économie. Les activités industrielles et commerciales doivent limiter au strict nécessaire leur consommation d'eau.
Pour l'irrigation agricole, l'arrosage par aspersion est interdit de 8h00 à 20h00. Le débit réservé à l'aval des installations hydroélectriques doit être strictement respecté ;
A l'exception des ouvrages hydrauliques servant à l'alimentation en eau potable ou à la navigation, sont interdites toutes les manoeuvres d'ouvrages hydrauliques, notamment en vue de leur vidange, sauf si ces manoeuvres sont nécessaires :
- au non dépassement de la cote légale de retenue
- à la protection contre les inondations des terrains riverains
- à la restitution à l'aval du débit entrant à l'amont.
La vidange et le remplissage des plans d'eau sont interdits. Le prélèvement d'eau dans le milieu naturel et les fontaines est interdit.
Il est par ailleurs rappelé que :
• pour l'agriculture, l'abreuvement des animaux n'est pas concerné par ces mesures de restriction. Toutefois, dans la mesure où il existe d'autres ressources moins impactantes, les
prélèvements effectués dans les cours d'eau ne doivent cependant pas amener le débit de ceux-ci en dessous du minimum biologique (ou mettre en danger la faune et la flore, ou conduire à des assecs).
• les restrictions et interdictions mentionnés ci-dessous sont valables quelle que soit la ressource sollicitée (eaux issues des réseaux AEP, des eaux superficielles, eaux de sources et de nappes). Concernant les ressources provenant de réserves d'eau de pluie, seules les restrictions horaires (interdiction de 8h à 20h) s'appliquent. Ces interdictions ne s'appliquent pas à l'utilisation de l'eau des réserves artificielles constituées préalablement à la publication du présent arrêté.
• compte tenu la fragilité des milieux aquatiques, il importe de veiller à éviter toute source de pollution en provenance des dispositifs d'assainissement, en particulier des dispositifs d'assainissement collectif. Les collectivités compétentes sont invitées à être particulièrement vigilantes sur la gestion de ces dispositifs et à reporter les opérations de maintenance pouvant entraîner une dégradation du niveau de rejet, sauf si elles sont indispensables au bon fonctionnement du système d'assainissement (après validation du service de police de l'eau).