Publié le 16/12/2018 à 00:00 / Jura Agricole

COLZA

Une grille d'analyse du risque charençon du bourgeon terminal (CHBT) est à l'essai dans la plaine du Jura.

Impasse de traitement : test grandeur nature

"Nous le savons aujourd'hui, il n'y aucune relation entre la capture des charençons dans les cuvettes jaunes et les dégâts", lance Patrick Chopard, technicien à la chambre d'agriculture du Jura. La réunion technique céréales-oléagineux organisée par la chambre d'agriculture le 5 décembre dernier, à Champdivers a permis de faire un focus sur la lutte raisonnée contre les charençons du bourgeon terminal et répondre à cette question : dans quel cas peut-on faire l'impasse de traitements ?

Les agriculteurs de la plaine du Jura ont décidé de tester, en lien avec la chambre d'agriculture et les GVA, une grille de détermination du risque charençon du bourgeon terminal dans le cadre d'Ecophyto. Cette grille a été réalisée en relevant le poids des colza au moment du vol des charençons, distinguant les petits colza (2 à 20 g) des gros colza (50 à 100g), et les natures de terres. Un comptage des larves au printemps a permis de mesurer les dégâts et les pieds détruits par l'insecte.

 

Un concours pour sensibiliser

 

Cette grille d'analyse a été présentée pour la première fois lors de la campagne 2017. "Nous voulions que les agriculteurs s'inspirent de la grille d'analyse. Elle a permis de faire l'impasse de traitement dans les situations les moins à risque ou de diminuer le nombre de traitements. Nous observerons les résultats de son utilisation durant 3 campagnes", indique Patrick Chopard. Pour remercier les agriculteurs qui se sont investis dans ce programme ou qui ont testé tout ou partie de la grille d'analyse, la chambre d'agriculture organisait en lien avec le programme Ecophyto un concours intitulé "Lutter contre le charençon du bourgeon terminal, simple comme une pesée". Les prix de ce concours ont été remis ce XX à Champdivers avec l'appui de différents partenaires (CER France, la chambre d'agriclture, le Crédit Agricole, Groupama,...).

D'autres thèmes ont été abordés durant cette réunion technique, organisée en partenariat avecTerres Inovia et Arvalis : les variétés de tournesol, la plateforme technique soja du GVA Chemin Dole (inoculum, écartement entre rangs, desherbage chimique et mécanique), un point sur le colza (intérêts et limites du semis précoce, fertilisation azotée entrée hiver, résultats des traitements insecticides à partir du réseau de 70 parcelles) et l'actualité des céréales à paille avec notamment un exposé sur les maladies, les résistances, les résultats des produits et le programme pour 2019, ainsi qu'un point sur les nouveaux engrais azotés et la fertilisation phosphatée.

Cedric Bongain, représentant la chambre d'agriculture a souligné le travail mis en valeur durant les deux journées techniques organisées au printemps et en hiver. « Ces journées retracent le travail réalisé durant l'année. Un essai correspond à 10 jours de travail par conseiller et par expérimentation. La chambre investit sur la durée. Le réseau de parcelles colza est reconduit pour la 5ème année consécutive et nous en mesurons les résultats aujourd'hui. Avec le GVA de Chemin-Dole, nous avons aussi voulu créer une pateforme soja, un essai important auquel la FDSEA a d'ailleurs donné un appui financier. ». Pour conclure cette journée, le représentant de la chambre d'agriculture a tenu à remercier les agriculteurs. « C'est vous, les agriculteurs, qui êtes à la base. Ce sont vos idées et vous les mettez en place ! »

 

IP