Publié le 28/01/2019 à 00:00 / Jura Agricole

EQUEVILLON

Mis à l'index suite à une offensive médiatique de L 214, l'abattoir d'Equevillon a reçu le soutien de la profession.

Un soutien total à l'abattoir

Tout droit sortis du meeting de fin de campagne que la FNSEA et les JA du Jura organisaient à Valempoulières, Christian Decerle, le président de la chambre régionale d'agriculture et Jean-Pierre Fleury, le président de l'interprofession bovine de Bourgogne Franche-Comté, accompagnés par Dominique Chalumeaux, le président de la chambre d'agriculture du Jura, se sont rendus à Equevillon pour y visiter l'abattoir que gère Viande Jura Nature.

Un abattoir dont il avait été question quelques heures plus tôt. Le sujet avait été évoqué par Jean-Pierre Fleury lui-même. L'ancien président de la FNB avait condamné « l'offensive », l'intrusion dans les locaux et la pause de caméras par des militants de L 214.
« Ne vous laissez pas faire, avait-il assuré. Vous avez eu raison de porter plainte et nous serons à vos côtés ! ». Il utilisait des termes forts pour parler de cette affaire : volonté de détruire l'élevage français, déni de démocratie, obscurantisme chez ceux qui ont mènent ces attaques...
Ce sont les 98% de Français qui se font plaisir en consommant de la viande qui intéressent les responsables professionnels. Un crédo complètement partagé par Rémy Hugon, le gérant de Viande Jura Nature qui a conduit ses hôtes dans une visite de ces lieux où, dans son commentaire de revendication, L 214 n'a d'ailleurs relevé aucune anomalie !
Un bel outil dans lequel la FDSEA du Jura, sa section cantonale, les collectivités locales et quelques bouchers du secteur ont investi. Aujourd'hui, ce sont quelque 350 tonnes de viande qui, chaque année, sont commercialisées localement, en direct et auprès de la restauration collective. Plus de 30 000 colis sortent de son atelier de découpe.