Publié le 06/04/2020 à 00:00 / Jura Agricole

PRODUCTION LAITIERE

Conseil Elevage 25-90, Eva Jura, Acsel Conseil Elevage, vos organismes de conseil en élevage et l'IDELE sont mobilisés à vos côtés pour faire baisser votre production laitière.

Quels leviers pour baisser la production laitière ?

Dans le contexte de crise sanitaire, les filières AOP de nos départements ont pris la décision de demander à chaque producteur une diminution de la production lors des prochains mois.
La période de mise à l'herbe étant synonyme d'augmentation de production laitière, des actions efficaces (mais réversibles) devront être mises en oeuvre pour satisfaire cette demande.
Pour vous accompagner, les organismes techniques de vos départements vous proposent quelques leviers simples à mettre en oeuvre après avoir fait le point sur votre situation actuelle.


Réalisez une prévision laitière


Avant de mettre en oeuvre les pistes pour réduire la production, il est indispensable de faire le point dans votre exploitation et de prévoir vos livraisons pour la campagne 2020-21 dès à présent. En regardant précisément vos effectifs, les génisses à vêler, les réformes à prévoir dans les prochains mois, vous aurez une meilleure vision de votre potentiel de production et serez en mesure de réagir de manière proportionnée.


Anticipez vos réformes...


Après avoir réalisé une prévision laitière, comment choisir ses réformes ? Privilégiez les réformes des vaches obligatoires, selon les critères suivants :
- Mammites incurables ou taux cellulaires élevés sur plusieurs lactations, afin d'assainir la
situation et éviter une éventuelle augmentation du taux cellulaire,
- Boiteries incurables,
- Corps étrangers, troubles digestifs récurrents,
- Vaches vides malgré plusieurs inséminations,
Dans un deuxième temps, il y a des réformes possibles sur les critères suivants : improductivité, taux, fonctionnel (morphologie, index fonctionnel) et décalage par rapport à la période de vêlage. Assurez-vous d'avoir une marge de sécurité pour d'éventuels problèmes à venir sur le troupeau : mortalité, nouvelle réformes obligatoires (prévoir 2% de l'effectif vaches).


... mais aussi vos tarissements


Tarir les vaches 1 à 2 mois plus tôt n'a aucune conséquence sur le pic et la persistance de la lactation suivante (Etude réalisée en 2013 par Conseil Elevage Franche-Comté) à condition de :
- Privilégier des parcelles à qualité d'herbe moyenne destinées aux vaches taries,
- Suivre l'état corporel et éviter un sur-engraissement,
- Eviter la diète alimentaire ou hydrique,
Vous pouvez privilégier bien sûr les vaches à taux cellulaires élevés pour augmenter l'efficacité du tarissement et les vaches longues à traire pour votre confort.


Donnez du lait entier aux veaux


Vous pouvez diminuer le lait livré en remplaçant la poudre de lait par du lait entier. Cette pratique a un impact immédiat sur les livraisons et peut facilement être réversible en cas de hausse demandée.


Supprimez le concentré azoté au pâturage


Une fois la mise à l'herbe effectuée, il est inutile d'apporter un concentré azoté (quel que soit le stade de lactation des vaches). Même sans avoir à diminuer la production, apporter un concentré à plus de 16% de MAT n'est pas indispensable avec de l'herbe de qualité et à volonté. L'herbe pâturée vaut toujours plus de 100g de PDIN/UFL.
Ici, se passer de tourteau permet de ne pas favoriser la production, tout en réalisant des économies : jusqu'à 15€ /1000 Kg d'économie sur le coût concentrés (40 à 50 € par vache sur la période de pâturage) !


Réduisez la quantité de concentré énergétique ou de production


Ce levier va vous permettre de baisser votre volume de lait produit par vache tout en réalisant des économies. Pour que l'équilibre alimentaire de vos vaches soit maintenu il faut simplement qu'elles aient de l'herbe et de l'eau à volonté.

Avant 150 jours de lactation  réduction

L'objectif est réduire la production tout en limitant la perte d'état : l'herbe étant riche en énergie, le
déficit énergétique sera d'autant moins fort que les vaches baisseront leur quantité de lait produit.
Vous pouvez maintenir 2 kg de céréales/VL/j jusqu'à la 8e semaine de lactation.
- 1 à 1.5kg de lait par kg de concentré ôté.
Après 150 jours de lactation  suppression
Sur ces animaux vêlés avant le 01/11/19, il y a tout à gagner à supprimer le concentré. Ils sont en état, gestants et en deuxième partie de lactation
- 0 à 0.5kg de lait par kg de concentré ôté. Baisse potentielle de production (en L de lait par mois)

 

Synthèse

 

La mise en place de ces différentes actions vous permettra de limiter la production. Certains de ces leviers permettent aussi de limiter les charges (par exemple : la baisse de la quantité des concentrés par vache et la réduction du nombre de vaches laitières). Cela permet ainsi de réduire les coûts de production et de limiter l'impact de la baisse du chiffre d'affaires sur la marge économique. Le temps de travail et la qualité du produit peuvent aussi être impactés positivement !